Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusivité France 24 : Laurent Fabius s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipes

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

Amériques

Juan Manuel Santos, président élu en Colombie, criminel en Équateur

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/07/2010

Le président colombien élu, Juan Manuel Santos (photo), pourrait faire l'objet d'une arrestation s'il venait à se rendre en Équateur, où un mandat d'arrêt est toujours en vigueur contre lui, a confirmé le chef de l'État équatorien, Rafael Correa.

REUTERS - Le chef de l'Etat équatorien Rafael Correa a déclaré lundi que le président élu colombien, Juan Manuel Santos, risquait d'être arrêté en Equateur s'il venait à s'y rendre, car un mandat d'arrêt équatorien est toujours en vigueur contre lui.

Le mandat d'arrêt en question a été lancé à la suite du bombardement par l'armée colombienne de camps de la guérilla des Farc en Equateur en 2008, alors que Santos était ministre de la Défense. Ce mandat d'arrêt, a dit Correa dans une interview accordée à Reuters, est toujours valide.

"Un crime a été commis", a affirmé Correa, ajoutant qu'il ne pouvait pas s'immiscer dans le processus judiciaire et que Santos, qui prêtera serment en août, ne pourra pas se rendre en Equateur tant que l'affaire n'aura pas été résolue.

"C'est une honte, mais il ne pourra pas le faire tant que le mandat d'arrêt existera et que le dossier n'aura pas été classé", dit Correa dans l'interview. "Le système judiciaire est indépendant et je ne peux rien faire", ajoute-t-il.

L'Equateur et la Colombie ont décidé de certaines mesures en vue de reprendre des relations normales, mais ils n'ont pas échangé d'ambassadeurs. Correa, économiste et homme de gauche élu président en novembre 2006, reproche à Bogota de traîner des pieds sur la voie de la réconciliation.

"Ils (les Colombiens) nous doivent certains renseignements qu'ils ont promis de nous communiquer sur le bombardement, ainsi que certains ordinateurs, et cela n'a pas été fait", rappelle-t-il.

Première publication : 06/07/2010

  • COLOMBIE

    Au moins sept policiers tués en marge du second tour de la présidentielle

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    "Le message de Mockus passe mal dans les campagnes colombiennes"

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Pour qui et pour quoi votent les Colombiens ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)