Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

Inculpation d'un soldat soupçonné d'avoir divulgué la vidéo d'une bavure de l'armée en Irak

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/07/2010

Soupçonné d'avoir divulgué la vidéo d'une bavure de l'armée américaine qui avait coûté la vie à deux employés de Reuters à Bagdad, en 2007, le soldat Bradley Manning a été inculpé mardi. Il pourrait être renvoyé devant une cour martiale.

AFP - Un soldat américain soupçonné d'avoir divulgué une vidéo d'une bavure de l'armée américaine à Bagdad qui a coûté la vie à deux employés irakiens de l'agence Reuters en 2007, a été inculpé, a annoncé mardi l'armée américaine.

Au total, 12 chefs d'inculpation ont été retenus lundi contre Bradley Manning, actuellement dans un centre de détention de l'armée américaine au Koweït, selon un communiqué militaire.

Ce soldat de 22 ans est à la fois poursuivi pour des violations au Code de justice militaire et des infractions au Code pénal des Etats-Unis, et pourrait à terme être renvoyé devant une cour martiale, selon le texte.

L'armée précise que le soldat Manning est notamment accusé d'avoir été "sans autorisation en possession d'une vidéo classée d'une opération militaire filmée à, ou près de, Bagdad le, ou autour du, 12 juillet 2007 et d'avoir volontairement (...) transmis la vidéo, ou fait en sorte que la vidéo (...) soit transmise à une personne non autorisée à la recevoir".

Le communiqué ne donne aucune précision sur la nature de l'opération.

Mais en avril, le site américain WikiLeaks, qui s'est donné pour mission de diffuser des informations très sensibles en maintenant l'anonymat de ses sources, avait diffusé une vidéo choc montrant des images, prises par un hélicoptère Apache mitraillant des civils à Bagdad le 12 juillet 2007.

Plusieurs personnes avaient péri, dont le photographe Namir Hussein, 22 ans, et son chauffeur Saïd Chmagh, 44 ans.

Vue par plusieurs millions d'internautes sur YouTube et les téléspectateurs du monde entier, la vidéo de 17 minutes est accompagnée de commentaires crus de l'équipage de l'Apache.

Dans la vidéo, les pilotes de l'Apache, qui semblent prendre la caméra d'un des employés de Reuters pour un lance-grenade RPG, affirment avoir repéré "cinq ou six individus avec des AK-47" et demandent la permission "d'ouvrir le feu", ce qu'ils obtiennent presque instantanément.

Après la fusillade, l'un des pilotes relève qu'il y a désormais "un tas de cadavres" sur place. "Regarde moi ces pourritures crevées", dit l'un. Un autre réplique: "chouette".

L'armée indique que le soldat Manning a transmis la vidéo "en ayant des raisons de penser que de telles informations pourraient être utilisées contre les Etats-Unis".

Le soldat Manning a également été inculpé pour violation du règlement militaire après avoir "transféré des données confidentielles sur son ordinateur et ajouté un logiciel non autorisé sur un système informatique classé secret".

Le soldat Manning est aussi accusé d'avoir volontairement communiqué à des personnes non autorisées plus de 50 câbles secrets du Département d'Etat. Il est aussi inculpé pour avoir illégalement eu en sa possession 150.000 autres câbles diplomatiques.

Dans un message sur Twitter, Wikileaks réagit à l'inculpation du militaire en dénonçant l'impunité dont jouit "l'équipage de l'Apache à la gâchette facile".

L'arrestation du soldat Manning avait été annoncée le mois dernier par l'armée.

Le porte-parole du Pentagone, Bryan Whitman, avait alors indiqué que l'enquête portait sur la divulgation d'une vidéo classée secret défense et de quelque 260.000 câbles diplomatiques confidentiels au site WikiLeaks.

WikiLeaks avait indiqué dans un message sur Twitter que les informations selon lesquelles il aurait reçu ces câbles diplomatiques étaient "fausses".

Première publication : 06/07/2010

COMMENTAIRE(S)