Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

FRANCE

Financement des partis politiques, que dit la loi française ?

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/07/2010

Le financement de la vie politique en France est régi par un corpus de textes qui n'a cessé de s'étoffer au gré des nombreux scandales politico-judiciaires qui ont marqué ces 20 dernières années.

Au fil des affaires qui ont ébranlé la vie politique de la Ve République, plusieurs textes sont venus encadrer le financement de la vie politique. Aujourd’hui, la collecte de fonds, aussi bien pour les partis politiques que les candidats à une élection présidentielle est régie par un corpus législatif plusieurs fois modifié depuis 1988.

- Fonds privés. Les partis politiques ne sont pas autorisés à recevoir plus de 7 500 euros par an et par personne privée. Un don supérieur à 152 euros doit être effectué par chèque. Mais la principale source de financement privé des partis politiques provient des cotisations des adhérents qui représentaient, en 2008, 35 % des ressources des formations politiques françaises.

Les candidats à une élection présidentielle sont autorisés à disposer de ces fonds auxquels peuvent s'ajouter des dons de personnes privées d’un maximum de 4 600 euros par personne et par an.


- Interdiction des dons de personnes morales. Depuis 1995 et en réponse aux affaires dans lesquelles des entreprises avaient largement arrosé des partis politiques, les personnes morales n’ont plus le droit de subventionner un parti politique ou un candidat à une élection.


- Aide publique.
Chaque année, les partis politiques reçoivent une aide de l’État en fonction de deux facteurs, appelés "fractions". Une première "fraction" dépend du résultat obtenu par un parti lors des dernières législatives. L’autre est alloué en fonction du nombre de députés dont dispose la formation politique à l'Assemblée nationale. Cette aide représente plus de 40 % des fonds des partis. En 2007, 50 formations politiques ont ainsi pu se partager 70 millions d’euros.

Lors d'une élection présidentielle, l’État s’engage à rembourser un vingtième du plafond des dépenses autorisées. Les candidats qui réussissent à dépasser les 5 % de suffrages sont remboursés de la moitié des fonds engagés. En 2007, ce plafond était de 16 millions pour un candidat du premier tour et 21,5 millions pour les deux " finalistes".

Première publication : 06/07/2010

COMMENTAIRE(S)