Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

FRANCE

Financement des partis politiques, que dit la loi française ?

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/07/2010

Le financement de la vie politique en France est régi par un corpus de textes qui n'a cessé de s'étoffer au gré des nombreux scandales politico-judiciaires qui ont marqué ces 20 dernières années.

Au fil des affaires qui ont ébranlé la vie politique de la Ve République, plusieurs textes sont venus encadrer le financement de la vie politique. Aujourd’hui, la collecte de fonds, aussi bien pour les partis politiques que les candidats à une élection présidentielle est régie par un corpus législatif plusieurs fois modifié depuis 1988.

- Fonds privés. Les partis politiques ne sont pas autorisés à recevoir plus de 7 500 euros par an et par personne privée. Un don supérieur à 152 euros doit être effectué par chèque. Mais la principale source de financement privé des partis politiques provient des cotisations des adhérents qui représentaient, en 2008, 35 % des ressources des formations politiques françaises.

Les candidats à une élection présidentielle sont autorisés à disposer de ces fonds auxquels peuvent s'ajouter des dons de personnes privées d’un maximum de 4 600 euros par personne et par an.


- Interdiction des dons de personnes morales. Depuis 1995 et en réponse aux affaires dans lesquelles des entreprises avaient largement arrosé des partis politiques, les personnes morales n’ont plus le droit de subventionner un parti politique ou un candidat à une élection.


- Aide publique.
Chaque année, les partis politiques reçoivent une aide de l’État en fonction de deux facteurs, appelés "fractions". Une première "fraction" dépend du résultat obtenu par un parti lors des dernières législatives. L’autre est alloué en fonction du nombre de députés dont dispose la formation politique à l'Assemblée nationale. Cette aide représente plus de 40 % des fonds des partis. En 2007, 50 formations politiques ont ainsi pu se partager 70 millions d’euros.

Lors d'une élection présidentielle, l’État s’engage à rembourser un vingtième du plafond des dépenses autorisées. Les candidats qui réussissent à dépasser les 5 % de suffrages sont remboursés de la moitié des fonds engagés. En 2007, ce plafond était de 16 millions pour un candidat du premier tour et 21,5 millions pour les deux " finalistes".

Première publication : 06/07/2010

COMMENTAIRE(S)