Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Monsieur le président, traitez les migrants humainement !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tribune sur la "liberté d'importuner" : Catherine Deneuve précise sa pensée

En savoir plus

Sports

Pretoria espère capitaliser sur le Mondial pour voir revenir ses expatriés

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 07/07/2010

Depuis la fin de l'apartheid, en 1994, la fuite des cerveaux a sapé le développement économique de l'Afrique du Sud. Aujourd'hui, grâce au succès de la Coupe du monde, nombres d'expatriés sont tentés de revenir au pays.

Revenir ou pas ? Telle est la question que se posent des millions de Sud-Africains expatriés aux quatre coins du monde. La plupart sont qualifiés, souvent Blancs. Certains ont fui leur pays à la fin de l'apartheid, d'autres après leurs études, pour échapper à l’insécurité ou simplement pour trouver de meilleures conditions salariales à l'étranger. "Ce départ sans retour a laissé des traces chez la majorité d'entre eux. Souvent, ils sont devenus les premiers à critiquer l'Afrique du Sud pour justifier leur départ", explique Martine Schaffer, directrice de l’ONG Homecoming Revolution, qui incite les expatriés à rentrer chez eux.

Depuis, le Mondial de football est passé par là et la vision que les Sud-Africains vivant à l'étranger ont de leur pays d'origine a changé. "Parmi les 680 000 visiteurs qui sont venus dans le pays pour la Coupe du monde, une grande partie était des Sud-Africains. Pour certains, ils s'agissaient de leur premier retour. Si beaucoup étaient sceptiques sur la capacité du pays à organiser un tel événement, tous ont été extrêmement surpris."

Une Afrique du Sud en manque de cerveaux


Le blog de la rédaction France 24 à Johannesburg

Simon Newton-Smith, qui a émigré au Royaume-Uni après avoir vécu aux États-Unis, se dit, aujourd’hui, fier d’être Sud-Africain. "Ce que l’Afrique du Sud a réalisé pendant cette Coupe du monde doit nous rassembler et nous rendre dignes. Les Sud-Africains sont généralement pessimistes, mais cet événement a matérialisé nos progrès." Pourrait-il un jour revenir au pays ? "J’y pense sérieusement", dit-il.

Une réponse que l'on voudrait entendre plus souvent à Pretoria. L’Afrique du Sud, qui a redoré son blason avec le Mondial, doit toutefois faire face à plusieurs problèmes de société majeurs. L’éducation, comme la couverture médicale, est réservée aux plus aisés. Le chômage rampant, qui a atteint 25,2 % de la population active - soit 4,3 millions de personnes - en juin, plombe l’activité économique. Faire revenir des médecins, des professeurs, des chercheurs et des avocats a pourtant été une priorité sous la présidence de Thabo Mbeki. Elle le reste, aujourd’hui, sous celle de Jacob Zuma.

La crise européenne, une autre raison de rentrer

Si le nombre exact d’expatriés n’est plus tenu à jour par les autorités depuis le début des années 2000, on compte environ 2 millions de Sud-Africains vivant à l’étranger. Ils ont plus souvent pris la direction des pays du Commonwealth, comme l'Australie, le Canada ou le Royaume-Uni.

En octobre prochain, l’association de Martine Schaffer organisera un colloque à Londres, où résident entre 200 000 et 250 000 Sud-Africains. Si elle mise sur la réussite du Mondial, son association compte aussi sur la crise économique et la politique de rigueur du Premier ministre britannique David Cameron pour convaincre les indécis à prendre le chemin du retour. "La récession et le chômage qui sévissent en Europe sont une opportunité pour nous de les voir revenir, c’est certain", confirme-t-elle. Même si l’insécurité, l’inflation et les salaires relativement bas qu’offre toujours l’Afrique du Sud pourraient encore en dissuader un certain nombre de franchir le cap...

Première publication : 07/07/2010

COMMENTAIRE(S)