Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gilberto Rodrigues Léal : le MUJAO annonce la mort du français enlevé au Mali

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

José Bové et Guy Verhofstadt, candidats à la présidence de la Commission européenne

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Elio Di Rupo, Premier ministre belge

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : les coulisses d'une libération

En savoir plus

FOCUS

Dans la ville natale de Jean Paul II, la "papamania" est au beau fixe

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

SUR LE NET

Un père syrien se bat en ligne pour retrouver son fils

En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

  • L'État appelé à intervenir pour aider les réfugiés syriens près de Paris

    En savoir plus

  • Ligue des champions : à Madrid, Chelsea neutralise l'Atlético

    En savoir plus

  • Kiev va reprendre son "opération antiterroriste" dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Booba-Rohff : ces artistes qui desservent le rap "par leur bêtise"

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le plan de lutte de Paris

    En savoir plus

  • Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • "24 jours" : le film choc d'Arcady sur le meurtre antisémite d'Ilan Halimi

    En savoir plus

  • France : le prix de la pierre, un boulet pour la croissance ?

    En savoir plus

  • Les islamistes du Mujao annoncent la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

    En savoir plus

  • Le Fatah et le Hamas retournent à la table des négociations à Gaza

    En savoir plus

  • Cette saison, les guides népalais ne graviront pas l'Everest

    En savoir plus

  • Fin de l’incendie de Valparaiso : près de mille hectares détruits

    En savoir plus

  • L'opposant russe Alexeï Navalny reconnu coupable de "diffamation"

    En savoir plus

  • Ryan Giggs joue les entraîneurs pour Manchester United

    En savoir plus

  • Washington lie la Russie aux séparatistes ukrainiens, photos à l’appui

    En savoir plus

Sports

Pretoria espère capitaliser sur le Mondial pour voir revenir ses expatriés

©

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 07/07/2010

Depuis la fin de l'apartheid, en 1994, la fuite des cerveaux a sapé le développement économique de l'Afrique du Sud. Aujourd'hui, grâce au succès de la Coupe du monde, nombres d'expatriés sont tentés de revenir au pays.

Revenir ou pas ? Telle est la question que se posent des millions de Sud-Africains expatriés aux quatre coins du monde. La plupart sont qualifiés, souvent Blancs. Certains ont fui leur pays à la fin de l'apartheid, d'autres après leurs études, pour échapper à l’insécurité ou simplement pour trouver de meilleures conditions salariales à l'étranger. "Ce départ sans retour a laissé des traces chez la majorité d'entre eux. Souvent, ils sont devenus les premiers à critiquer l'Afrique du Sud pour justifier leur départ", explique Martine Schaffer, directrice de l’ONG Homecoming Revolution, qui incite les expatriés à rentrer chez eux.

Depuis, le Mondial de football est passé par là et la vision que les Sud-Africains vivant à l'étranger ont de leur pays d'origine a changé. "Parmi les 680 000 visiteurs qui sont venus dans le pays pour la Coupe du monde, une grande partie était des Sud-Africains. Pour certains, ils s'agissaient de leur premier retour. Si beaucoup étaient sceptiques sur la capacité du pays à organiser un tel événement, tous ont été extrêmement surpris."

Une Afrique du Sud en manque de cerveaux


Le blog de la rédaction France 24 à Johannesburg

Simon Newton-Smith, qui a émigré au Royaume-Uni après avoir vécu aux États-Unis, se dit, aujourd’hui, fier d’être Sud-Africain. "Ce que l’Afrique du Sud a réalisé pendant cette Coupe du monde doit nous rassembler et nous rendre dignes. Les Sud-Africains sont généralement pessimistes, mais cet événement a matérialisé nos progrès." Pourrait-il un jour revenir au pays ? "J’y pense sérieusement", dit-il.

Une réponse que l'on voudrait entendre plus souvent à Pretoria. L’Afrique du Sud, qui a redoré son blason avec le Mondial, doit toutefois faire face à plusieurs problèmes de société majeurs. L’éducation, comme la couverture médicale, est réservée aux plus aisés. Le chômage rampant, qui a atteint 25,2 % de la population active - soit 4,3 millions de personnes - en juin, plombe l’activité économique. Faire revenir des médecins, des professeurs, des chercheurs et des avocats a pourtant été une priorité sous la présidence de Thabo Mbeki. Elle le reste, aujourd’hui, sous celle de Jacob Zuma.

La crise européenne, une autre raison de rentrer

Si le nombre exact d’expatriés n’est plus tenu à jour par les autorités depuis le début des années 2000, on compte environ 2 millions de Sud-Africains vivant à l’étranger. Ils ont plus souvent pris la direction des pays du Commonwealth, comme l'Australie, le Canada ou le Royaume-Uni.

En octobre prochain, l’association de Martine Schaffer organisera un colloque à Londres, où résident entre 200 000 et 250 000 Sud-Africains. Si elle mise sur la réussite du Mondial, son association compte aussi sur la crise économique et la politique de rigueur du Premier ministre britannique David Cameron pour convaincre les indécis à prendre le chemin du retour. "La récession et le chômage qui sévissent en Europe sont une opportunité pour nous de les voir revenir, c’est certain", confirme-t-elle. Même si l’insécurité, l’inflation et les salaires relativement bas qu’offre toujours l’Afrique du Sud pourraient encore en dissuader un certain nombre de franchir le cap...

Première publication : 07/07/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)