Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Moyen-orient

Les Frères musulmans copient Facebook

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 08/07/2010

IkhwanBook, copie conforme de Facebook, a été lancé par le mouvement islamiste égyptien afin d'être plus en phase avec les "principes de décence" de la religion musulmane. Certains y voient un outil de propagande condamné à l'échec.

Ça ressemble à Facebook, ça a les mêmes fonctionnalités que Facebook, mais ça s'appelle IkhwanBook. Ce site de partage a été créé par les Frères musulmans, un mouvement islamiste interdit en Égypte. Il a été mis en ligne début juillet et commence donc tout juste à se constituer une base d’utilisateurs.


Ce nouveau réseau social qui signifie littéralement "Fraternité"Book a poussé le vice de la ressemblance jusqu’à l’adresse internet : Ikhwanfacebook.com. Il propose la plupart des fonctionnalités classiques mises en place par son illustre aîné. Du partage des images ou vidéos à la création de groupes en passant par la mise en place de sondages, la dernière trouvaille tech des Frères musulmans ne devrait pas dépayser les habitués de Facebook.


"Les Frères musulmans ont toujours été parmi les mouvements islamistes les plus avancés pour tout ce qui à trait aux nouvelles technologies", confirme Houssam Tammam, un chercheur égyptien spécialisé dans les mouvements islamistes et ancien rédacteur en chef du site Islam Online.

Nouvel outil de propagande

Reste que la démarche du groupe peut étonner. En effet, difficile de faire de l’ombre au géant Facebook qui compte presque 500 millions d’utilisateurs. Surtout que la plateforme reine des réseaux sociaux offre une caisse de résonnance sans équivalent à des groupes comme les Frères musulmans. "La conception de l’Internet des Frères musulmans se marie mal avec Facebook où la discussion et la critique sont libres", précise Houssam Tammam. Avec IkhwanBook, ils chercheraient plutôt à se doter d’un nouvel outil de propagande qu’ils peuvent contrôler en "donnant l’impression d’être ouverts aux nouvelles tendances", ajoute-t-il.


Un argument rejeté par les membres d’IkhwanBook qui décrivent leur réseau comme un complément à Facebook soucieux des principes de vie privée et de"décence" propre à la religion musulmane. Une politique que le mouvement égyptien a déjà appliquée par le passé en créant son propre wikipedia, IkhwanWiki, et aussi une mouture maison de YouTube, IkhwanTube


Mais pour d’autres, les Frères musulmans cherchent surtout à se soustraire de Facebook où leur page peut être fermée. La société américaine a, en effet, le droit de bannir n'importe quel compte s'il y a trop de plaintes. Une tentation que pourrait avoir le pouvoir égyptien. "Le problème dans ce cas-là, c’est qu’IkhwanBook devient un véritable cadeau fait aux autorités égyptiennes qui peuvent facilement savoir qui sont exactement les sympathisants des Frères musulmans", souligne Houssam Tammam.

Condamné à l’échec

Par ailleurs, IkhwanBook n’est pas la première tentative dans le monde musulman pour contourner l’influence jugée pernicieuse de Facebook. Fin mai, le Pakistan, très remonté contre un concours de caricatures de Mahomet sur le réseau social, a donné son aval à MillatFacebook. Cette initiative espère "rassembler les 1,2 milliards de musulmans au monde ainsi que les personnes pacifiques des autres religions".


"MillatFacebook a connu un pic de fréquentation au moment de son lancement, mais en un mois la popularité du site a très vite chuté", assure Mohamed El-Fatatry, fondateur de Muxlim, un réseau de sites qui propose des contenus variés, allant du sport à la mode, pour internautes musulmans.


Car tous les sites qui revendiquent le label "musulman" ne se positionnent pas dans une optique d’affrontements avec les grands noms de l’Internet à l’occidental… "Nous avons 6 millions de visiteurs uniques par mois, nous proposons aussi des informations qui n’ont rien à voir avec la politique ou la religion", revendique Mohamed El-Fatatry. Il estime que des initiatives comme IkhwanBook sont condamnées à échouer. "Les internautes musulmans sont comme les autres, ils ne veulent pas être enfermés sur des sites contrôlés", conclut-il.

Première publication : 07/07/2010

COMMENTAIRE(S)