Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : la Crimée à l’heure de la russification

En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

  • Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

    En savoir plus

  • Sénatoriales : le FN a séduit quatre fois plus de grands électeurs que prévu

    En savoir plus

FRANCE

L'ex-comptable de Liliane Bettencourt se rétracte partiellement

Vidéo par Hélène DROUET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/07/2010

Entendue de nouveau par la police, Claire Thibout est revenue sur certains de ses propos publiés mardi par Mediapart. Le site d'information affirme de son côté avoir fidèlement retranscrit le récit de l'ex-comptable de Liliane Bettencourt.

L’ancienne comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thibout, a été entendue ce jeudi après-midi par la police judiciaire parisienne à la direction des affaires économiques et financières.

Elle a maintenu ses propos tenus lors de son audition mercredi soir par la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). Claire Thibout s'était alors rétractée sur plusieurs points par rapport au récit livré au site Mediapart mardi 6 juillet.

Premier point de divergence, le plus lourd de conséquences : "Je n’ai jamais dit que […] des enveloppes étaient remises régulièrement à M. Sarkozy", peut-on lire sur le fac-similé de l’audition publié par le site lefigaro.fr. Or, dans son témoignage recueilli par Mediapart, Claire Thibout raconte avec détail les dîners chez les Bettencourt à la fin desquels Nicolas Sarkozy, alors maire de Neuilly-sur-Seine, "recevait aussi son enveloppe".

Claire Thibout dénonce "la romance de Mediapart"

Dans le témoignage consigné par deux journalistes de Mediapart et publié mardi,

l’ex-comptable déclarait également que "Dédé [André Bettencourt, ndlr] avait contribué, juste avant [son] arrivée, au financement en liquide de la campagne d’Édouard Balladur". Mercredi soir, lors de son audition par la BRDP, elle se rétracte. "L’article de Mediapart me fait dire que j’aurais déclaré quelque chose concernant la campagne électorale de M. Balladur. C’est totalement faux, c’est de la romance de Mediapart", peut-on lire sur l’extrait publié par lefigaro.fr.

Enfin, dernier point sur lequel le discours de Claire Thibout est discordant : la date à laquelle le gestionnaire de la fortune Bettencourt, Patrice de Maistre, lui aurait demandé de retirer 150 000 euros à la banque, en vue de les remettre à Éric Woerth, alors président de l'association du financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Elle aurait refusé de retirer une telle somme, arguant qu’elle n’y était pas autorisée, et n’aurait prélevé que 50 000 euros du compte de Liliane Bettencourt à la banque BNP. Après avoir affirmé à Mediapart qu’il s’agissait du 26 mars 2007, elle affirme à la BRDP que cette date n’est pas la bonne.

Mercredi dans la journée, les policiers confirmaient néanmoins l'existence d'un retrait de 50 000 euros en espèce effectué le 26 mars 2007 auprès de la banque BNP. Mais d’après la copie de carnets de caisse de Claire Thibout, que publie le quotidien "Libération" ce jeudi matin, aucune trace de remise d’argent à Patrice de Maistre n’est consignée au mois de mars. Toujours selon "Libération", des montants significatifs, de l’ordre de 140 000 euros, apparaissent en revanche dans les pages de janvier de cette même année.

Patrice de Maistre à qui Claire Thibout a été confrontée pendant trois heures ce jeudi continue de nier la version des faits de l'ancienne comptable : il affirme "ne rien savoir de l’existence supposée de cette remise de 150 000 euros."

Mediapart persiste et signe

"Il s'agit d'une femme totalement paniquée"

Ce rebondissement dans l’affaire Bettencourt-Woerth fait dire au secrétaire général del'Elysée, Claude Guéant, interrogé par l’AFP : "Le fait que la vérité soit rétablie fait toujours plaisir." Une source proche de l’entourage du président Sarkozy, citée par lefigaro.fr, parle de "tournant judiciaire" : "Elle [Claire Thibout ndlr] a été totalement manipulée par Mediapart. Nous avons l'impression qu'elle apporte des arguments pour dire que l'article ne reproduit pas fidèlement les propos qu'elle a tenus à un journaliste de Mediapart par téléphone. […] Elle disculpe totalement et clairement le président de la République."

De son côté, la rédaction de Mediapart défend fermement le sérieux de son travail. Elle précise que le témoignage de Claire Thibout a été retranscrit avec précision, au cours de deux conversations en présence d'un tiers témoin différent à chaque fois. "C’est une femme qui est totalement paniquée et qui a peur", estime Fabrice Lhomme, journaliste à Mediapart, et qui a recueilli le témoignage de Claire Thibout. "Elle vit sous une pression policière hallucinante, alors qu’il n’y a toujours pas de juge qui est nommé, alors qu’on est en enquête préliminaire, alors qu’elle a été entendue je ne sais combien de fois. Elle se rétracte sur un point qui est sensible et concerne le président de la République", explique-t-il sur FRANCE 24. "Ça ne change rien à tout ce qu’on a écrit. On maintient. Les propos qui ont été rapportés l’ont été fidèlement."

Première publication : 08/07/2010

  • FRANCE

    L’UMP achète le mot-clé "Bettencourt" sur Google

    En savoir plus

  • FRANCE

    L’enquête ouverte par le juge Courroye dans l'affaire Bettencourt fait polémique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le who's who de l'affaire Bettencourt

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)