Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Népal : difficile retour sur les bancs de l'école, un mois après le séisme

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Nigeria : accord des distributeurs de carburant sur la fin de la grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi : "Tout va très bien Madame la Marquise"

En savoir plus

DÉBAT

Burundi : l'impossible dialogue entre pouvoir et opposition? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Burundi : l'impossible dialogue entre pouvoir et opposition? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tu es un journal et tu dois savoir rester à ta place"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aux grandes femmes la patrie reconnaissante"

En savoir plus

Sports

Pays-Bas contre Espagne, le duel des faux jumeaux

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 09/07/2010

Le face à face 100 % européen entre l’Espagne et les Pays-Bas opposera deux nations très proches en termes de football. Si le Barça inspire le jeu pratiqué par la Roja, le club catalan est lui-même l'héritier d’un système né aux Pays-Bas.

Le onze titulaire espagnol qui est venu à bout de l’Allemagne, mercredi en demi-finale du Mondial-2010, était composé de six joueurs issus des rangs du FC Barcelone. Une particularité qui influence particulièrement le jeu chatoyant pratiqué par la Roja. Une philosophie inculquée très tôt aux Xavi, Iniesta, Busquets, Piqué et autre Pedro auxquels il faut ajouter le stratège d’Arsenal, Cesc Fabregas, formé en Catalogne.

À l’origine du style Barça et donc de la Roja, un homme. Un Néerlandais : Johan Cruyff, l'un des meilleurs joueurs de l’histoire du ballon rond. Il incarne à lui tout seul le football total pratiqué par l’Ajax d’Amsterdam et les Pays-Bas dans les années 1970, où les défenseurs attaquent et les attaquants défendent.

Guardiola, héritier de Cruyff

Après avoir emmené l’Ajax au sommet du football européen, il fit les beaux jours du Barça en tant que joueur avec son coéquipier et compatriote Johan Neeskens. Un club dont il est devenu le président d’honneur et auquel il offrit, en tant qu’entraîneur, sa première Coupe d’Europe des clubs champions  - ancêtre de la Ligue des Champions - en 1992, en prônant un football fluide et tout en mouvement.

Même si des problèmes cardiaques l’ont éloigné des bancs de touche, l’influence de Cruyff est toujours présente. Son héritier n’est autre que Josep Guardiola, l’entraîneur actuel du Barça, qui fut dans les années 1990 son relais sur le terrain. Même si son effectif ne compte aujourd’hui aucun Néerlandais.

Une Liga au parfum Oranje

Pourtant, le FC Barcelone et l’Espagne en général restent une terre d’accueil particulièrement appréciée des Néerlandais. Le Barça a ainsi compté dans ses rangs un bataillon de 9 joueurs, lorsque le Néerlandais Louis van Gaal pris les rênes de l’équipe en 1997. Avant de migrer, Mark Van Bommel et Giovanni van Bronckhorst avaient remporté la Ligue des Champions en 2006 avec les Blaugrana. Une équipe alors entraînée par le Néerlandais Frank Rijkaard…

Ce n’est pas tout, le meilleur Oranje du Mondial-2010, Wesley Sneijder, évoluait il y a à peine une saison au Real Madrid, en compagnie de ses coéquipiers en sélection Rafael Van der Vaart et Arjen Robben (parti depuis au Bayern Munich). Le jeune buteur Klaas Jan Huntelaar avait également revêtu la tunique des Merengue lors de la saison 2008-2009. À l’heure de se retrouver sur le terrain, dimanche, outre des visages très familiers, les Espagnols s’apprêtent à s’expliquer, balle au pied, avec leurs doubles venus du Nord.

Première publication : 08/07/2010

  • COUPE DU MONDE 2010

    L’Espagne à une marche de la consécration

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2010

    L'Espagne bat l'Allemagne et décroche son ticket pour la finale

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2010

    Les Pays-Bas se qualifient pour la finale en battant l'Uruguay

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)