Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Un ministre sri-lankais entame une grève de la faim devant les locaux de l'ONU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/07/2010

En réponse à la création d'un groupe d'experts de l'ONU chargé d'étudier les cas de violations des droits de l'Homme lors de la dernière guerre civile, le ministre Wimal Weerawansa a entamé une grève de la faim pour protéger l'honneur de l'armée.

AFP - Un ministre sri-lankais a déclaré jeudi avoir entamé une grève de la faim devant les locaux de l'ONU à Colombo pour protester contre la création d'un groupe d'experts chargé d'étudier les allégations de violations des droits de l'homme lors des derniers mois de la guerre civile.

Le ministre du Logement Wimal Weerawansa qui a appelé à plusieurs manifestations de protestation cette semaine devant les bureaux de l'ONU, s'est déclaré prêt à se laisser mourir de faim pour protéger l'honneur de l'armée ayant défait en mai 2009 la rébellion des Tigres tamouls.

Selon l'ONU, entre 80.000 et 100.000 personnes sont mortes au cours du conflit, et 7.000 civils tamouls ont été tués lors des derniers mois de cette guerre civile.

Le groupe d'experts est "un projet de l'ONU pour traduire notre armée devant un tribunal pour crimes de guerre", a déclaré le ministre devant des dizaines de sympathisants.

"Le principal objectif du comité de l'ONU est de traduire notre patrie devant un tribunal pour crimes de guerre. Nous ne laisserons pas cela se produire", a-t-il ajouté, appelant la population à manifester dans toute l'île pour pousser le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon à dissoudre le groupe de trois experts récemment constitué.

Ban Ki-moon a nommé le mois dernier ces experts pour le conseiller sur la question des responsabilités relatives aux allégations de violations des droits de l'homme et du droit humanitaire international durant les derniers mois du conflit.

Cette décision a suscité le fort mécontentement du gouvernement sri-lankais, qui a refusé de coopérer.

Mardi, environ 1.500 manifestants pro-gouvernementaux ont bloqué pendant sept heures l'accès aux locaux de l'ONU à Colombo et mercredi, des centaines de personnes se sont de nouveau rassemblées devant les bureaux des Nations unies.

A New York, les Nations Unies ont fait connaître mardi leur "vive objection" à ces mouvements de protestation.

Le 18 mai 2009, le gouvernement sri-lankais avait proclamé la victoire militaire contre les Tigres tamouls qui réclament depuis 1972 un territoire indépendant.
 

Première publication : 08/07/2010

  • SRI LANKA

    L'ONU authentifie une vidéo montrant des exécutions sommaires de Tamouls

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)