Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

EUROPE

La Bosnie s'apprête à commémorer le 15e anniversaire du massacre de Srebrenica

Vidéo par Audrey RACINE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/07/2010

Plusieurs dizaines de milliers de Bosniaques sont attendus, dimanche, aux cérémonies de commémoration des 15 ans du massacre de Srebrenica (est du pays), où près de 8 000 musulmans ont été tués par les forces serbes-bosniaques en juillet 1995.

AFP - La Bosnie s'apprête à célébrer dimanche le 15e anniversaire du massacre de Srebrenica, qui sera marqué par l'enterrement des restes de 775 des 8.000 victimes des forces serbes bosniaques, ainsi que par la présence du président de la Serbie, Boris Tadic.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes devraient assister aux cérémonies civiles et religieuses qui se dérouleront au centre mémorial de Potocari, près de Srebrenica, dans l'est de la Bosnie-Herzégovine.

Outre le président Tadic qui avait déjà assisté en 2005 à la cérémonie du 10e anniversaire du massacre, les présidents croate, Ivo Josipovic, et monténégrin, Filip Vujanovic, ainsi que le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, devraient se rendre à Potocari.

Quelque 8.000 hommes et adolescents musulmans ont été tués en quelques jours, en juillet 1995, par les forces serbes bosniaques qui s'étaient emparées de l'enclave musulmane, une "zone protégée" des Nations unies.

Ce massacre a été qualifié de génocide par le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie et par la Cour internationale de justice, la plus haute instance juridique de l'ONU.

A ce jour, près de 6.500 des quelque 8.000 morts ont été identifiés par des tests ADN. 3.749 victimes, exhumées de dizaines de fosses communes et identifiées, ont été enterrées dans le centre mémorial. Cette année, 775 cercueils seront mis en terre, le nombre le plus élevé depuis les premiers enterrements des victimes en 2003.

Les cérémonies se tiennent trois mois après l'adoption, fin mars, par le Parlement serbe d'une résolution condamnant "avec la dernière vigueur" le massacre de Srebrenica, après des années de refus par la Serbie de reconnaître l'ampleur de ce massacre, le plus grave commis en Europe depuis la Seconde guerre mondiale.

Cette résolution du Parlement de Serbie a cependant suscité une vive déception des associations des familles de victimes, qui ont déploré que le terme "génocide" n'y figure pas.

Ces associations ont mis également en cause la sincérité de Boris Tadic. "C'est bien qu'il vienne, quelles que soient ses motivations, mais je vais lui demander pourquoi il n'y amène pas Ratko Mladic", a déclaré à l'AFP Munira Subasic, présidente d'une association des femmes de Srebrenica.

Ratko Mladic, ex-chef militaire des Serbes de Bosnie, échappe depuis des années à la justice internationale qui le recherche pour son rôle dans le massacre de Srebrenica.

"Je ne pense pas que le geste de Tadic soit sincère. Il fait cela parce qu'il a besoin de cartes pour sa politique de rapprochement de la Serbie vers l'Union européenne", estime Mme Subasic.

La résolution du Parlement de Serbie a été dénoncée par les autorités serbes de Bosnie qui l'ont qualifiée d'"absolument inacceptable".

Le gouvernement de la Republika Srpska (RS, entité des Serbes de Bosnie) avait annoncé en avril la révision d'une liste de quelque 7.800 victimes du massacre, établie en 2004 par le gouvernement serbe bosniaque précédent, affirmant que cette liste avait été adoptée "sous la pression" de la communauté internationale.

Considéré comme un des principaux responsables du massacre de Srebrenica, l'ancien leader politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, a été arrêté en juillet 2008 à Belgrade. Il est actuellement jugé par le TPI.

Une dizaine de prévenus ont été à ce jour condamnés par le TPI pour le massacre de Srebrenica. Deux anciens responsables militaires serbes de Bosnie, Vujadin Popovic et Ljubisa Beara, reconnus coupables de génocide, ont été condamnés le 10 juin à la réclusion à perpétuité.

Un ex-général serbe de Bosnie, Radislav Krstic, bras droit de Ratko Mladic, a été condamné en 2004 à 35 ans de prison pour génocide.
 

Première publication : 09/07/2010

  • PROCÈS KARADZIC

    En cinq jours, près de 8 000 musulmans sont massacrés à Srebrenica

    En savoir plus

  • SERBIE

    Le Parlement vote une résolution condamnant le massacre de Srebrenica

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)