Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

Échange d'espions entre la Russie et les États-Unis sur le tarmac de l'aéroport de Vienne

Vidéo par Audrey RACINE , Jonathan WALSH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/07/2010

Un échange d'espions sans précédent depuis la fin de la Guerre froide a eu lieu ce vendredi à l'aéroport de Vienne. Les dix espions russes arrêtés fin juin aux États-Unis ont été troqués contre quatre agents aux mains des Russes.

AFP - Un échange d'espions sans précédent depuis la fin de la Guerre froide s'est achevé vendredi à l'aéroport de Vienne où les Etats-Unis ont remis à la Russie ses dix agents contre quatre Russes dont trois condamnés pour espionnage au profit des Occidentaux.

Dans un final digne de la Guerre froide, l'échange est intervenu sur le tarmac de l'aéroport de Vienne.

L'avion transportant les espions russes expulsés des Etats-Unis dans la nuit a atterri vendredi à l'aéroport moscovite de Domodedovo à 13H46 GMT, a indiqué à l'AFP une porte-parole de l'aéroport.

Selon des médias britanniques, l'avion avec quatre agents relâchés par Moscou ont atterri sur la base Brize Norton de la Royal Air Force, à Oxfordshire (sud de l'Angleterre).

Le Foreign Office s'est abstenu de tout commentaire. Le ministère de la Défense britannique s'est contenté de dire que "les avions civils utilisent des bases militaires dans le cadre d'accords qui existent depuis longtemps avec le ministère".

"Les Etats-Unis ont transféré avec succès dix agents russes à la Fédération de Russie et la Fédération de Russie a libéré quatre individus qui avaient été incarcérés en Russie", a pour sa part indiqué le département de la Justice américain dans un communiqué.

Selon différents témoins à l'aéroport de Vienne, les agents secrets ont été transférés d'un appareil à l'autre à bord d'un petit car de couleur noire aux vitres teintées.

Dans une mise en scène soigneusement calibrée, le positionnement même de l'avion venu de New York empêchait photographes et caméramans présents de voir la porte de l'appareil.

"Vienne, ancienne plateforme de l'espionnage"
Jeudi, les dix agents arrêtés fin juin sur le sol américain avaient plaidé coupable devant le tribunal fédéral de New York et la juge Kimba Wood avait annoncé leur "expulsion immédiate" des Etats-Unis. "Ils acceptent de ne jamais tenter de revenir", avait-elle ajouté.

De son côté, le président russe Dmitri Medvedev a signé dans la nuit de jeudi à vendredi la grâce pour les quatre Russes.

Parmi les dix personnes expulsées vers la Russie se trouve la figure emblématique de cette affaire, Anna Chapman, dont les photos intimes et les détails sur sa vie sexuelle ont fasciné les médias.

Les quatre Russes libérés ont été identifiés comme Igor Soutiaguine, un expert russe en armement stratégique condamné à 15 ans de prison pour espionnage au profit des Etats-Unis, Sergueï Skripal, un ex-colonel du renseignement militaire condamné à 13 ans de détention pour avoir travaillé avec les services britanniques, et un ex-responsable du SVR (renseignement extérieur russe), Alexandre Zaporojski condamné à 18 ans de camp pour avoir transmis des informations à la CIA.

Le quatrième, Guennadi Vassilenko, est un ancien agent du KGB reconverti dans la sécurité privée. Officiellement, il a été condamné en 2006 à trois ans de prison pour des délits sans rapport avec l'univers du renseignement.

"Des émoluments seront proposés aux espions russes"
Un haut responsable américain a souligné, sous couvert de l'anonymat, que les quatre personnes "n'avaient eu d'autre choix" que de signer des aveux pour obtenir leur libération.

Moscou a souligné que l'échange a pu avoir lieu en raison de l'amélioration récente des relations russo-américaines, suite à la politique de "redémarrage" des rapports initiée par les présidents Barack Obama et Dmitri Medvedev.

Il s'agit du premier échange d'espions entre les deux pays depuis la Guerre froide. A l'époque, les échanges se faisaient notamment sur le pont de Glienicke reliant Berlin-Ouest à l'Allemagne de l'Est.

Vienne, plate-forme d'espions internationaux dès le 19ème siècle, sous l'Empire Austro-Hongrois et après son éclatement suite à la Première guerre mondiale, est longtemps restée la "capitale des espions".

Première publication : 09/07/2010

  • Le scandale des espions russes

    En savoir plus

  • Espions russes ou simples citoyens ?

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Espions russes présumés : de la rousse sulfureuse aux banlieusards sans histoires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)