Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

Amériques

L'opposant Guillermo Farinas met un terme à 135 jours de grève de la faim

Vidéo par Audrey RACINE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/07/2010

Après l'annonce de la libération imminente de 52 détenus politiques cubains obtenue sous l'égide de l'Église catholique, Guillermo Farinas a mis fin, jeudi, à sa grève de la faim entamée le 24 février dernier.

AFP - L'opposant cubain Guillermo Farinas a mis un terme jeudi à 135 jours de grève de la faim après l'annonce des libérations prochaines de 52 détenus politiques sous la médiation de l'Eglise catholique qui sort renforcée de cette première crise sous la présidence de Raul Castro.

"Guillermo Farinas met un terme à sa grève de la faim et de la soif à partir de maintenant", a déclaré à l'AFP l'opposante Gisela Delgado après avoir rendu visite au cyberjournaliste de 48 ans, traité depuis mars au service des soins intensifs de l'hôpital de Santa Clara (270 km à l'est de La Havane).

L'opposant et ex-prisonnier politique Hector Palacios a lu une déclaration dictée et signée par M. Farinas dans laquelle il laisse entendre qu'il pourrait reprendre sa grève si les 52 prisonniers n'étaient pas tous libérés dans le délai de quatre mois promis à l'Eglise, médiatrice dans ce dossier.

Cinq d'entre eux doivent être libérés dans les "prochains jours" et partir avec leur famille pour l'Espagne, a précisé dans un communiqué l'Eglise catholique en dévoilant l'identité des "Cinq" âgés entre 33 et 60 ans et qui purgeaient des peines allant de 13 à 24 ans de prison.

"Cette confrontation entre démocrates et antidémocrates n'a fait ni vainqueurs ni vaincus. C'est Cuba qui a gagné", a dit M. Farinas selon le texte lu à l'hôpital où s'étaient réunis une trentaine de dissidents.

Guillermo Farinas avait entamé son 23e jeûne de protestation le 24 février, au lendemain de la mort controversée d'un détenu d'opinion en grève de la faim, une affaire qui avait causé de vives tensions à Cuba. Farinas réclamait la libération de 26 prisonniers politiques malades.

L'Eglise avait déjà obtenu le mois dernier la libération du plus malade des prisonniers de conscience, Ariel Sigler. Elle a fait son annonce mercredi après une rencontre entre le président Raul Castro, le cardinal Jaime Ortega et le chef de la diplomatie espagnole Miguel Angel Moratinos.

Fait rarissime, la presse cubaine, sous contrôle de l'Etat, a publié jeudi le communiqué intégral de l'Eglise sur la libération prochaine de "52 prisonniers", sans mentionner toutefois qu'il s'agissait de détenus politiques.

"L'Eglise a joué un rôle crucial pour dénouer cette crise. Elle a certes permis au gouvernement de se tirer d'une mauvaise passe, mais il y un dialogue d'entamé, une ouverture possible pour des changements" dans ce pays traversant une crise socio-économique, a estimé l'ancien détenu politique Oscar Espinosa.

Il s'agit du plus important processus de libérations depuis que Raul Castro a succédé à son frère Fidel il y a quatre ans. Ce dernier avait libéré en 1998 une centaine de détenus politiques peu après la visite historique du pape Jean Paul II sur l'île communiste.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, qui s'est entretenue au téléphone avec M. Moratinos, a salué cette annonce "tardive, mais bienvenue".

Les Etats-Unis exigent des réformes démocratiques à Cuba, île dirigée par un parti unique, pour envisager de lever leur embargo économique et financier, en vigueur depuis 48 ans.

Les opposants cubains sont considérés par La Havane comme des "mercenaires" à la solde des Etats-Unis. Cuba détient depuis début décembre un sous-traitant américain accusé de fournir du matériel de communications à l'opposition.

L'Union européenne a elle aussi salué la décision de La Havane et exprimé l'espoir que tous les prisonniers politiques cubains soient libérés, qui resteront une centaine à l'issue du processus annoncé.

L'organisation Amnesty International a déploré le délai imposé pour la libération de ceux qu'elle considère tous comme des prisonniers de conscience.
 

Première publication : 09/07/2010

  • CUBA

    La Havane ne cédera pas au "chantage" du cyberjournaliste en grève de la faim

    En savoir plus

  • CUBA

    La Havane s'apprête à libérer cinq premiers prisonniers politiques

    En savoir plus

  • CUBA

    Mort d'un détenu politique en grève de la faim

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)