Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

Le président Correa décide d'"épurer" la police et de multiplier les mandats d'arrêt

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2010

"Il faut épurer la police" de ses éléments "d'extrême droite" a déclaré le chef de l'État équatorien mercredi, près d'une semaine après la rébellion des forces de l'ordre lors de laquelle le Président avait dénoncé un coup d'État.

AFP - Le président équatorien Rafael Correa a déclaré mercredi que la police de son pays devait être "épurée" de ses éléments "d'extrême droite" presque une semaine après la rébellion dans ses rangs pour laquelle 46 mandats d'arrêts ont été lancés mardi.

"Il faut épurer la police", a déclaré le chef de l'Etat équatorien lors d'une rencontre avec la presse étrangère à Quito. "Il existe un noyau d'extrême droite sanguinaire", au sein de la police, qui a notamment été mis à mal par certaines procédures disciplinaires en matière de droits de l'Homme, a-t-il ajouté.

"Ce noyau dur est disposé à tout pour continuer à diriger dans ce pays", a-t-il ajouté.

Auparavant son ministre de l'Intérieur Gustavo Jalkh avait précisé que plusieurs mesures d'ordre administratif et judiciaire étaient en cours pour poursuivre les auteurs de la rébellion du 30 septembre, qui s'est soldée par un bilan de dix morts et 274 blessés dans différentes violences et affrontements ayant émaillé la journée.

Ce jour-là, des policiers ont occupé leur principale garnison à Quito, puis le Congrès. Des militaires ont également bloqué une piste de l'aéroport, entraînant sa fermeture.

Rafael Correa a dénoncé une tentative de coup d'Etat, avant d'assurer qu'il était retenu contre sa volonté dans un hôpital de la police. Il a été "libéré" lors d'une opération de l'armée dans laquelle quatre personnes ont été tuées.

Le ministre de l'Intérieur Gustavo Jalkh a indiqué lors de la même conférence de presse que le parquet avait lancé mardi des mandats d'arrêt visant "46 membres de la police nationale, en rapport avec les faits".

Trois colonels de la police sont poursuivis depuis samedi pour "tentative d'assassinat sur la personne du chef de l'Etat". Fidel Araujo, un ex-major proche de l'opposition, a également été interpellé mardi dans le cadre de l'enquête sur la rébellion.

Première publication : 07/10/2010

  • ÉQUATEUR

    Le président Rafael Correa proroge l'état d'urgence jusqu'à vendredi

    En savoir plus

  • ÉQUATEUR

    Le président Correa de retour au palais présidentiel après une tentative de coup d'État

    En savoir plus

  • ÉQUATEUR

    Le président Rafael Correa dénonce une tentative de coup d'État

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)