Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

Affaire Bettencourt : la police aurait saisi le dossier professionnel de Florence Woerth

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/07/2010

La police, qui a perquisitionné la société de Patrice de Maistre en charge de la gestion de la fortune de Liliane Bettencourt, aurait saisi les feuilles de paie et des courriers de la femme du ministre du Travail, affirme le Journal du Dimanche.

REUTERS - Le dossier professionnel de Florence Woerth a été saisi par la police, vendredi, dans les bureaux du gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, écrit samedi le Journal du Dimanche.

La police a saisi les bulletins de salaire de l’épouse du ministre du Travail Eric Woerth, qui gagnait 180.000 euros par an, ainsi que des échanges de courriers entre la salariée et son patron, qui était mécontent de la voir aussi siéger au conseil d’administration d’Hermès.

« Je m’en réjoui. Ça permettra d’éclairer, de tordre le cou à des fantasmes ou à des opérations de déstabilisation », a dit l’avocat de Florence Woerth à Reuters, sans pouvoir confirmer la saisie de ces documents.

Florence Woerth a demandé à être entendue par le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, qui a accepté, a ajouté Antoine Beauquier.

« J’ai rencontré le procureur de la République qui m’a dit: ‘Je vais l’entendre’ », a déclaré l’avocat. « Je lui ai remis une lettre de Mme Woerth dans laquelle elle précise toute une série de choses sur sa carrière professionnelle et ses activités au sein de la société Clymène, et qui démontre qu’elle n’avait en rien la charge des aspects fiscaux. »

Florence Woerth a démissionné fin juin de cette société dirigée par Patrice de Maistre qui gère les actifs de l’héritière de L’Oréal, troisième fortune du pays et 17e fortune mondiale avec 17 milliards d’euros.

Elle y avait été embauchée fin 2007 à l’époque où Eric Woerth était ministre du Budget. Ce dernier a remis dans les semaines suivantes la Légion d’honneur à Patrice de Maistre. Alors que Bercy a reçu début 2009 des éléments faisant état d’évasion fiscale de la part de la milliardaire, aucun contrôle ne semble avoir été décidé.

Sarkozy s’expliquera lundi

Dans les enregistrements clandestins réalisés par un employé chez la milliardaire et remis à la justice, Patrice de Maistre dit avoir embauché Florence Woerth à la demande de son mari: « J’avoue que quand je l’ai fait, son mari était ministre. Il m’a demandé de le faire. Je l’ai fait pour lui faire plaisir. »

La saisie du dossier intervient alors que le parquet de Nanterre vient d’ouvrir une troisième enquête préliminaire de police pour « blanchiment de fraude fiscale ».

Florence Woerth a contesté dans la presse et dans sa lettre au procureur être allée fréquemment en Suisse s’occuper des avoirs cachés de Liliane Bettencourt, comme l’a dit un banquier suisse anonyme à la presse.

Les perquisitions à la société de Patrice de Maistre, à Neuilly, ont duré toute la journée de vendredi. Le parquet de Nanterre n’a pas voulu en commenter le résultat.

La nouvelle enquête visera notamment les pratiques d’évasion fiscale dont il est question dans les enregistrements. Sur ces bandes, Patrice de Maistre parle de transférer les avoirs suisses vers Singapour ou l’Uruguay. Apparaît aussi l’existence de l’île d’Arros, aux Seychelles, acquise un temps par Liliane Bettencourt via le Liechtenstein.

Deux autres enquêtes préliminaires sont ouvertes sur l’affaire, dont une vise les supposées remises d’espèces à des hommes politiques par Liliane Bettencourt et son mari André, ancien élu et ministre de droite, décédé fin 2007.

Est en cause notamment un versement présumé de 150.000 euros à Eric Woerth, trésorier de la campagne présidentielle Sarkozy en 2007, évoqué jeudi devant la police par Claire Thibout, ex-comptable de la milliardaire.

Cette dernière a dit par ailleurs qu’elle était chargée de retirer de fortes sommes en espèces destinées à des hommes politiques, sans avoir vu directement les remises de fonds, a rapporté le parquet.

Chantal Trovel, ancienne secrétaire particulière d’André Bettencourt, le mari décédé de l’héritière de L’Oréal, a confirmé ce point aux policiers jeudi, lors d’un interrogatoire, a dit à Reuters Antoine Gillot, qui est aussi son avocat.

« Elle a confirmé que des enveloppes d’argent étaient remises à des hommes politiques et que tout le monde le savait dans la maison Bettencourt », a dit l’avocat.

Après des semaines de tourmente politico-médiatique autour de cette affaire, Nicolas Sarkozy a décidé de s’adresser aux Français, lundi, lors d’une émission spéciale sur France 2 de 20h15 (18h15 GMT) à 21h15.

Eric Woerth a répété samedi qu’il avait la confiance du chef de l’Etat.

« Il me soutient d’une manière incroyable, je n’ai jamais vu un président de la République soutenir autant un de ses ministres, c’est extraordinaire », a dit le ministre du Travail à i>Télé.

Première publication : 10/07/2010

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Nicolas Sarkozy s'exprimera sur France 2 lundi

    En savoir plus

  • Un dossier devenu affaire d'État

    En savoir plus

  • Affaire Bettencourt : l'argent de la milliardaire fait tourner la tête de la République

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)