Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

EUROPE

La Bosnie commémore le 15e anniversaire du massacre de Srebrenica

Vidéo par Elisabeth ALLAIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/07/2010

La Bosnie célèbre, ce dimanche, le 15e anniversaire du massacre de Srebrenica en présence du président de la Serbie, Boris Tadic. La journée doit être marquée par l'enterrement des restes de 775 des 8 000 victimes des forces serbes bosniaques.

AFP - Des dizaines de milliers de personnes ont participé dimanche à la commémoration du 15e anniversaire du massacre de Srebrenica durant laquelle le président américain Barack Obama et d'autres dirigeants ont appelé à l'arrestation de l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic.

"J'espère que la Bosnie va affirmer son unité"

Cette tragédie survenue en juillet 1995, au cours de laquelle périrent quelque 8.000 musulmans bosniaques et qui fut le massacre le plus sanglant commis en Europe depuis la seconde guerre mondiale, a été qualifiée de "génocide" par la justice internationale.

Les cérémonies, civile et religieuse, ont débuté en fin de matinée. Les cercueils des restes de 775 victimes recouverts d'un tissu vert, la couleur de l'islam, ont été portés en terre dans l'après-midi au centre mémorial de Potocari, près de Srebrenica, dans l'est de la Bosnie.

A ce jour, près de 6.500 des quelque 8.000 victimes ont été identifiées par des tests ADN. 3.749 d'entre elles sont déjà enterrées à Potocari.

Plusieurs personnalités étrangères avaient fait le déplacement, dont le président serbe Boris Tadic.

Dans un message lu devant la foule, Barack Obama a qualifié le massacre de "tache sur notre conscience collective" et appelé à l'arrestation de l'ancien général Ratko Mladic, chef militaire des Serbes de Bosnie au moment du massacre.

"Il ne peut y avoir de paix durable sans justice", sans "la poursuite et la condamnation de ceux qui ont perpétré le génocide", a affirmé le président américain. Cela "inclut Ratko Mladic qui a présidé aux tueries et reste libre", a-t-il déclaré.

Ratko Mladic a été inculpé de génocide par la justice internationale, en particulier pour le massacre de Srebrenica, mais il reste introuvable. Il pourrait se cacher en Serbie et Belgrade assure tout faire pour le retrouver.

Dans un message également lu, le Premier ministre britannique David Cameron a assuré que les responsables du massacre seraient "poursuivis sans relâche jusqu'à ce qu'ils comparaissent devant la justice".

"Que la justice arrête surtout le général Mladic", a lancé le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, présent à Srebrenica.

Dans la foule, il y avait de nombreux proches des disparus, toujours hantés par ces journées durant lesquelles les forces serbes bosniaques se sont emparées de l'enclave musulmane de Srebrenica, pourtant sous protection de l'ONU.

Hatidza Mehmedovic enterrait dimanche son mari Abdulah et ses deux fils Almir et Azmir, agés de 17 et 20 ans à l'époque.

"Je ne pouvais pas croire que quelqu'un ait été capable de commettre un tel crime", déclare cette femme, qui se rappelle avoir attendu pendant des jours l'arrivée des siens. En vain.

Ramiza Gurdic, une mère de Srebrenica âgée de 63 ans, a perdu aussi ses deux fils et son mari. "Comment oublier, comment pardonner ? J'y pense tous les jours. Je pense à eux quand je vois un garçon qui leur ressemble, quand je vois dans un magasin une mère qui achète des vêtements pour ses enfants".

Le président serbe a expliqué samedi sa présence à Srebrenica comme "un acte de réconciliation et de construction de passerelles entre les nations de l'ancien Etat" yougoslave.

Après des années en Serbie de déni du massacre, le Parlement serbe a adopté en mars une résolution condamnant Srebrenica.

Dans un geste de défiance, Radovan Karadzic, le chef politique des Serbes bosniaques pendant la guerre de 1992-1995, jugé pour génocide par la justice internationale, a été décoré samedi par son parti, à la veille de la commémoration.

Première publication : 11/07/2010

  • PROCÈS KARADZIC

    En cinq jours, près de 8 000 musulmans sont massacrés à Srebrenica

    En savoir plus

  • SERBIE

    Le Parlement vote une résolution condamnant le massacre de Srebrenica

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)