Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Au Ghana, la présidentielle s’annonce serrée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Premier contact", les extra-terrestres ont la parole

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le japonais SoftBank veut investir 50 milliards aux Etats-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angel Merkel, la stabilité dans la tourmente ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, championne des inégalités scolaires"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Alep : la guerre vue à travers les tweets d'une enfant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cazeneuve, ce "frère"

En savoir plus

LE DÉBAT

Manuel Valls quitte Matignon : dernier remaniement en France

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Rebsamen : "Un président sortant ne doit pas se soumettre à une primaire"

En savoir plus

Afrique

Les Shebab somaliens revendiquent le double attentat de Kampala

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/07/2010

Les islamistes somaliens Shebab revendiquent les attentats qui ont fait au moins 74 morts dimanche à Kampala. Selon leur porte-parole, il s'agit d'une "mesure défensive" contre l'Ouganda, qui participe au contingent de l'Union africaine en Somalie.

AFP - Les islamistes somaliens shebab ont revendiqué lundi un double attentat qui a fait au moins 74 morts dimanche soir à Kampala, dans une déclaration à la presse de leur porte-parole Ali Mohamoud Rage à Mogadiscio.

"Nous sommes derrière cette attaque car nous sommes en guerre avec eux", a déclaré M. Rage.

"Nous avions mis en garde les Ougandais de s'abstenir de toute action (en Somalie), nous nous sommes adressé à leurs dirigeants et au peuple (ougandais) et ils ne nous ont jamais écoutés", a-t-il ajouté.

"Nous poursuivrons les attaques s'ils continuent à tuer notre peuple. C'était une mesure défensive contre les Ougandais qui sont venus dans notre pays et ont tué notre peuple. C'était des représailles à leurs actions", a-t-il ajouté.

L'Ouganda a été le premier pays à contribuer en mars 2007 à la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom), forte désormais de 6.000 hommes, burundais et ougandais.

L'Amisom est le dernier rempart du très fragile gouvernement de transition somalien face aux attaques répétées des insurgés islamistes radicaux.

Première publication : 12/07/2010

COMMENTAIRE(S)