Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Afrique

Les Shebab somaliens revendiquent le double attentat de Kampala

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/07/2010

Les islamistes somaliens Shebab revendiquent les attentats qui ont fait au moins 74 morts dimanche à Kampala. Selon leur porte-parole, il s'agit d'une "mesure défensive" contre l'Ouganda, qui participe au contingent de l'Union africaine en Somalie.

AFP - Les islamistes somaliens shebab ont revendiqué lundi un double attentat qui a fait au moins 74 morts dimanche soir à Kampala, dans une déclaration à la presse de leur porte-parole Ali Mohamoud Rage à Mogadiscio.

"Nous sommes derrière cette attaque car nous sommes en guerre avec eux", a déclaré M. Rage.

"Nous avions mis en garde les Ougandais de s'abstenir de toute action (en Somalie), nous nous sommes adressé à leurs dirigeants et au peuple (ougandais) et ils ne nous ont jamais écoutés", a-t-il ajouté.

"Nous poursuivrons les attaques s'ils continuent à tuer notre peuple. C'était une mesure défensive contre les Ougandais qui sont venus dans notre pays et ont tué notre peuple. C'était des représailles à leurs actions", a-t-il ajouté.

L'Ouganda a été le premier pays à contribuer en mars 2007 à la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom), forte désormais de 6.000 hommes, burundais et ougandais.

L'Amisom est le dernier rempart du très fragile gouvernement de transition somalien face aux attaques répétées des insurgés islamistes radicaux.

Première publication : 12/07/2010

COMMENTAIRE(S)