Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

Moyen-orient

L'armée reconnaît des "erreurs" dans l'attaque de la flottille humanitaire

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/07/2010

L'opération militaire israélienne contre la flottille humanitaire à destination de Gaza est entâchée d'"erreurs", selon une enquête interne de Tsahal. Le rapport exclut cependant le lancement d'une procédure judiciaire.

AFP - L'armée israélienne a reconnu lundi des "erreurs à un échelon relativement supérieur" lors de la planification et l'exécution de l'assaut contre la flottille humanitaire pour Gaza, qui a fait neuf morts fin mai, selon les conclusions de sa propre enquête interne.

Toutefois, l'enquête de l'armée n'a pas relevé de négligences susceptibles de poursuites judiciaires.

"Des erreurs ont été faites dans le processus de décision, y compris à un échelon relativement supérieur, qui ont contribué à un résultat que nous n'avions pas souhaité", a expliqué devant les journalistes le général de réserve Giora Eiland.

"Lors de cette enquête, nous avons découvert qu'il y avait eu des erreurs professionnelles concernant à la fois la collecte de renseignements et le processus de décision", a déploré le général Eiland.

"Nous sommes aussi parvenus à des conclusions très positives, en particulier sur la conduite courageuse et très professionnelle des commandos israéliens. Ils ont seulement utilisé la force quand leur vie était en péril immédiat", a-t-il souligné.

Ce haut gradé avait été chargé le mois dernier d'enquêter sur le déroulement de l'opération de la marine israélienne le 31 mai dernier contre une flottille d'aide internationale qui tentait de forcer le blocus de la bande de Gaza, et d'en tirer les leçons.

La commission militaire comprenait le général Eiland, deux autres généraux de réserve, un colonel de réserve de la marine et une haute personnalité du ministère de la Défense.

Les affrontements sur le navire amiral de la "Flottille de la liberté", le ferry turc Mavi Marmara, ont entraîné la mort de neuf militants pro-palestiniens turcs, et soulevé de nombreuses protestations et condamnations dans le monde.

Outre celle de l'armée, deux autres enquêtes israéliennes sont en cours. Une "commission publique indépendante" comprenant deux observateurs étrangers travaille sur les aspects juridiques, tandis que le contrôleur de l'Etat a annoncé le 15 juin l'ouverture de sa propre enquête.

Israël s'est vigoureusement opposé à la création d'une commission d'enquête internationale.

L'Etat hébreu est actuellement confronté à une nouvelle tentative visant à briser le blocus maritime de la bande de Gaza.

Parti de Grèce, un bateau affrété par une association libyenne et chargé d'aide humanitaire fait route vers le petit territoire palestinien.

A la suite de l'incident du 31 mai, Israël a allégé son strict blocus contre Gaza en vigueur depuis la prise de contrôle du territoire par le mouvement islamiste palestinien Hamas en juin 2007.

Première publication : 12/07/2010

  • PROCHE-ORIENT

    Israël va mener sa propre enquête sur l'abordage sanglant de la flottille

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Les militants de la flottille accueillis en héros à Istanbul

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Après l'assaut de la flottille humanitaire, deux versions des faits s'opposent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)