Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Theresa May est du côté obscure de l'Europe"

En savoir plus

FOCUS

Crise migratoire en Europe : la formation des garde-côtes libyens est-elle suffisante?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rachida Brakni, combattante culturelle

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Irak : dans le piège de Mossoul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Paris et l'Île-de-France ont perdu 1,5 million de touristes en 2016

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Après le PSG, la magie de Monaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen au Liban : en quête de stature internationale

En savoir plus

FRANCE

La gauche s'empare de Rambouillet, fief historique de la droite

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/07/2010

La candidate verte Anny Poursinoff a réussi à faire tomber l’ex-fief de Christine Boutin en remportant la législative de Rambouillet avec 51,72 % des voix. "Un désaveu très clair" pour Nicolas Sarkozy, affirme la chef de l'opposition Martine Aubry.

AFP - La candidate de gauche Anny Poursinoff (Verts) a remporté, dimanche au second tour, la législative partielle de Rambouillet (Yvelines), un fief historique de droite, avec 51,72% des suffrages face au député sortant UMP Jean-Frédéric Poisson (48,28%).

"C'est le début du changement, le changement démarre à Rambouillet!", s'est félicitée auprès de l'AFP Mme Poursinoff, 4e député Verts, avec en point de mire les élections de 2012.

Plus de 1.000 voix séparent les deux candidats dans une élection avec un taux de participation de près de 30% (29,42% au premier tour).

"J'ai donné de l'espoir à toutes les circonscriptions de France pour leur dire qu'en 2012, on sera majoritaires à l'assemblée!", a ajouté la nouvelle députée.

De son côté, la patronne du PS, Martine Aubry, a parlé de cette victoire comme d'"un désaveu très clair pour le président de la République et le gouvernement ainsi qu'un fort rejet du climat créé par les révélations et les affaires".

Le président PS de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, a jugé que ce résultat "constitu(ait) une nouvelle victoire de la gauche solidaire".

"En soutenant massivement la candidate des forces de progrès, les électeurs ont exprimé leur besoin d'un bouclier social dans ce moment de crise et sanctionnent les mauvaises recettes du gouvernement".

De son côté, le président du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a estimé que les "électeurs (avaient) saisi l'occasion de donner une baffe magistrale à la droite et à Nicolas Sarkozy, dans un de ses fiefs les mieux assurés".

"Ce résultat prend une signification nationale incontestable dans le contexte de crise morale qui frappe le pouvoir", a-t-il poursuivi, ajoutant: "Pour moi cette élection anticipée est donc aussi une réponse anticipée à ce que va dire le président (lundi) soir".

Les leaders de la gauche, comme Martine Aubry, Cécile Duflot (Verts), Pierre Laurent (PCF) et Jean-Luc Mélenchon, s'étaient déplacés entre les deux tours pour apporter leur soutien à Mme Poursinoff.

Valérie Pécresse, présidente du groupe majorité présidentielle au Conseil régional d'Ile-de-France et présidente de la fédération UMP des Yvelines, a estimé que cette défaite du candidat UMP était "une mauvaise nouvelle pour le département et constitu(ait) une grande déception".

Elle a "condamné l'instrumentalisation choquante de la campagne par la gauche pour relayer accusations mensongères, rumeurs et insinuations alors que le gouvernement engage une réforme essentielle pour sauver notre système de retraite".

Au premier tour, dimanche dernier, Anny Poursinoff était arrivée en tête avec 42,62%, devançant de deux points Jean-Frédéric Poisson (40,71%), ancien suppléant de Christine Boutin.

Il y a un an, quand Mme Boutin avait renoncé à reprendre son poste de députée de la 10e circonscription des Yvelines après son éviction du gouvernement, M. Poisson avait remporté le scrutin avec cinq voix d'écart. Mais le vote avait été invalidé par le Conseil constitutionnel, qui avait ramené l'écart à une seule voix.

Première publication : 12/07/2010

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Nicolas Sarkozy s'exprimera sur France 2 lundi

    En savoir plus

  • FRANCE

    L’UMP achète le mot-clé "Bettencourt" sur Google

    En savoir plus

  • FRANCE

    L’enquête ouverte par le juge Courroye dans l'affaire Bettencourt fait polémique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)