Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Première incursion terrestre d’un commando israélien à Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Culture

La justice russe condamne les organisateurs d'une exposition d'œuvres censurées

©

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 12/07/2010

Un tribunal de Moscou a condamné ce lundi le directeur du musée Sakharov et le commissaire de l'exposition "Art interdit 2006" pour "incitation à la haine". Leur procès a eu un grand retentissement dans le milieu artistique russe.

Exposer une icône barbouillée de caviar ou représenter un Christ avec une tête de Mickey Mouse ou de Lénine sont, désormais, "des actes visant à attiser la haine" en Russie. Ainsi en a décidé un tribunal de Moscou, ce lundi, en condamnant les organisateurs d’une exposition qui s'est tenue en mars 2007 au Musée Sakharov, dans la capitale russe, intitulée "Art interdit 2006". L'ironie de l'histoire est que celle-ci visait à montrer des œuvres qui avaient été censurées dans d’autres établissements culturels russes cette année-là.

Iouri Samodourov, alors directeur du musée Sakharov, et Andreï Erofeïev, commissaire de l'exposition, étaient animés d’une "intention criminelle", a précisé la présidente du tribunal Taganski à la lecture du jugement.

La censure mise en scène

Les organisateurs semblaient pourtant avoir pris toutes leurs précautions. À l’entrée, décrit le correspondant de Libération, des panneaux indiquaient aux visiteurs que certaines des 24 œuvres exposées pouvaient présenter un caractère choquant. L'exposition était par ailleurs interdite aux enfants de moins de 16 ans, et il était interdit d'y prendre des photos. Dans une volonté de mettre en scène la censure dont les tableaux avaient été victimes, ceux-ci étaient cachés derrière des parois et ne pouvaient être vus qu’au moyen de petits orifices.

Reste que le détournement parodique d’images religieuses et militaires n’a pas été du goût de Leonid Simonovitch-Nikchitch et d'Oleg Kassine, respectivement président de l’Union des fraternités orthodoxes et membre du "Concile du peuple", une organisation russe ultra-orthodoxe et nationaliste. Âgé de 65 ans, décoré par feu le patriarche Alexis II, le premier est réputé être un fervent admirateur de Hitler et l'organisateur d'autodafés d'Harry Potter. Le second s’est dit, lui, "indigné" par les tableaux "anti-chrétiens" de l'exposition. Tous deux sont à l'origine de la plainte déposée contre les organisateurs de l'exposition et leur inculpation, le 8 juillet 2008. Une initiative soutenue à l'époque par l’archiprêtre Vsevolod Tchapline, qui incitait les croyants à écrire au parquet.

"Il est impossible de punir les gens pour l'art"

"Ils ont monté une affaire criminelle sur une controverse", témoignait alors Iouri Samodourov, sur notre site Les Observateurs. "Un expert en art, qui avait déjà témoigné lors d'un procès en 2005, sera consulté à nouveau pendant ce procès. En 2005, cette personne avait reconnu qu'elle n'était allée voir une exposition d'art moderne qu'une fois dans sa vie, en 1993. Elle avait d'ailleurs détesté et ne considérait pas ça comme de l'art. On sait donc à quoi s'attendre", affirmait-t-il alors.

Deux ans plus tard, le procès a lieu et émeut le milieu artistique. En soutien aux accusés, 13 artistes russes de renom ont adressé au début du mois une lettre au président Dmitri Medvedev, lui demandant de mettre un terme à cette procédure judiciaire. Ils redoutaient une condamnation, qu’ils verraient comme "une sentence pour l'ensemble de l'art contemporain russe". "Dans un État démocratique du XXIe siècle, une inculpation pareille ne peut exister parce qu’il est impossible de punir les gens pour l’art", a renchéri Anna Stavitskaïa, avocate de l’ancien directeur du musée Iouri Samodourov.

Le parquet avait requis trois ans de prison à l'encontre des deux hommes. Ils ont finalement été condamnés à une amende de 9000 euros : 200 000 roubles (5 100 euros) pour Iouri Samodourov, et 150 000 roubles pour Andreï Erofeïev, le commissaire de l'exposition. 

Première publication : 12/07/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)