Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Amériques

BP diffère le test sur le nouveau dôme qui doit endiguer la marée noire

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/07/2010

Le nouvel entonnoir installé mardi pour contenir la marée noire dans le golfe du Mexique ne pourra être testé avant mercredi. Les experts de BP se demandent si le puits est assez solide pour supporter l'énorme coiffe de 75 tonnes.

AFP - Prévu mardi, le début du test crucial du nouvel entonnoir de BP destiné à mettre fin à la marée noire dans le Golfe du Mexique a été repoussé à au moins mercredi, ont annoncé les responsables américains de la gestion de la catastrophe.

L'amiral Thad Allen, ancien chef des garde-côtes américains a déclaré avoir pris la décision de retarder le test après avoir rencontré le secrétaire à l'énergie Steven Chu, un physicien, titulaire du Prix Nobel, et d'autres experts de haut niveau.

"A la suite de ces discussions, nous avons décidé que l'opération doit bénéficier de nouveaux éléments d'analyse qui seront réalisés ce soir ou demain", a déclaré l'amiral.

Les experts de BP se demandent si l'énorme coiffe de 75 tonnes peut absorber l'écoulement du pétrole sans menacer la structure du puits.

L'entonnoir, qui est équipé de trois valves géantes, a été descendu lundi soir et verrouillé sur la canalisation percée à près de 1.500 mètres de profondeur, où seuls les robots sous-marins peuvent opérer.

Baptisé "Top Hat 10", il remplace un précédent modèle, retiré samedi, qui ne captait jusqu'à présent qu'environ 25.000 barils par jour, sur les 35.000 à 60.000 qui se déversent quotidiennement dans l'océan.

Une fois le feu vert obtenu, les ingénieurs de BP fermeront progressivement les valves et stopperont l'écoulement du pétrole, une opération qui devrait durer entre 6 et 48 heures.

Mais les responsables américains craignent que si l'augmentation de la pression dans le puits provoquée par la fermeture des valves est trop rapide, elle pourrait provoquer une nouvelle faille au sol par laquelle s'échapperait le pétrole.

Les tests sont donc attendus avec anxiété: une pression élevée au niveau du puits signifierait qu'il n'y a pas d'autres fuites et que l'entonnoir serait en mesure de capter la totalité du pétrole qui s'échappe.

Une pression basse indiquerait en revanche que le pétrole s'échappe en dehors du puits via une nouvelle brèche, impliquant la réouverture des valves pour réduire le risque d'un nouveau jaillissement de pétrole sur le fonds sous-marin.

Ce dernier scénario déclencherait alors une nouvelle opération pour contenir le pétrole.

Première publication : 14/07/2010

  • ÉTATS-UNIS

    BP installe un nouvel entonnoir pour contenir la fuite de pétrole

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Nouveau revers pour la Maison Blanche après l'annulation du moratoire sur les forages offshore

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)