Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Amériques

Le physicien iranien Shahram Amiri a quitté les États-Unis pour l'Iran

Vidéo par Axelle SIMON , Carlotta RANIERI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 14/07/2010

Shahram Amiri, qui aurait été "enlevé par les Américains" selon Téhéran et qui a trouvé refuge à la section des intérêts iraniens à l'ambassade du Pakistan à Washington, a quitté les États-Unis pour l'Iran, annonce la République islamique.

Le scientifique iranien Shahram Amiri a quitté les Etats-Unis et se dirige vers l’Iran " via un pays tiers", selon le ministère des Affaires étrangères de la République islamique. Peu avant son départ, ce physicien nucléaire a donné une interview à la télévision iranienne Press-TV dans laquelle il a promis de raconter prochainement les circonstances exactes de son "enlèvement" par les services secrets américains. "Une fois en Iran, je vais clarifier les allégations des médias étrangers et du gouvernement américain qui ont porté atteinte à ma réputation", a-t-il lancé comme une ultime provocation avant de quitter les États-Unis.

 

Côté américain, le département d’État continue d’affirmer qu’Amiri séjournait aux Etats-Unis "de son plein gré [...] depuis un certain temps" et qu’il était tout à fait "libre de partir".

 

Les raisons du séjour du scientifique sur le territoire américain sont d’autant plus mystérieuses qu’il a lui-même brouillé les pistes. En juin dernier, il s’était mis en scène dans plusieurs vidéos contradictoires. Dans l’une d’elles, il affirmait avoir été enlevé par des agents américains et saoudiens lors d’un pèlerinage en Arabie saoudite, tandis que dans une autre il assurait mener une vie normale et sans histoires en Arizona.

 

Téhéran s’est saisi de cette affaire pour tenter de marquer des points dans le bras de fer qui l’oppose à Washington. "Plusieurs responsables iraniens ont affirmé dès hier [mardi] que les États-Unis avaient échoué à utiliser ce physicien pour mettre en cause le programme nucléaire iranien", explique sur l’antenne de France 24 Siavosh Ghazi, le correspondant de l’AFP en Iran.

 

Les autorités iraniennes se réjouissent du rapatriement d’Amiri, présenté par les médias officiels comme un "chercheur en radio-isotopes médicaux à l'université Malek Ashtar", qui dépend des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite et idéologique du régime islamique. D’autant qu’il devrait conforter leur thèse une fois revenu en Iran :  "Amiri assure que les Américains lui ont proposé de le payer pour qu’il dise aux médias qu’ils étaient en possession de documents secrets", précise Siavosh Ghazi.


 

Première publication : 14/07/2010

  • NUCLÉAIRE

    Un physicien iranien se réfugie à l'ambassade du Pakistan à Washington

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran dit détenir la preuve de l'"enlèvement" d'un scientifique par les États-Unis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)