Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Amériques

Le physicien iranien Shahram Amiri a quitté les États-Unis pour l'Iran

Vidéo par Axelle SIMON , Carlotta RANIERI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 14/07/2010

Shahram Amiri, qui aurait été "enlevé par les Américains" selon Téhéran et qui a trouvé refuge à la section des intérêts iraniens à l'ambassade du Pakistan à Washington, a quitté les États-Unis pour l'Iran, annonce la République islamique.

Le scientifique iranien Shahram Amiri a quitté les Etats-Unis et se dirige vers l’Iran " via un pays tiers", selon le ministère des Affaires étrangères de la République islamique. Peu avant son départ, ce physicien nucléaire a donné une interview à la télévision iranienne Press-TV dans laquelle il a promis de raconter prochainement les circonstances exactes de son "enlèvement" par les services secrets américains. "Une fois en Iran, je vais clarifier les allégations des médias étrangers et du gouvernement américain qui ont porté atteinte à ma réputation", a-t-il lancé comme une ultime provocation avant de quitter les États-Unis.

 

Côté américain, le département d’État continue d’affirmer qu’Amiri séjournait aux Etats-Unis "de son plein gré [...] depuis un certain temps" et qu’il était tout à fait "libre de partir".

 

Les raisons du séjour du scientifique sur le territoire américain sont d’autant plus mystérieuses qu’il a lui-même brouillé les pistes. En juin dernier, il s’était mis en scène dans plusieurs vidéos contradictoires. Dans l’une d’elles, il affirmait avoir été enlevé par des agents américains et saoudiens lors d’un pèlerinage en Arabie saoudite, tandis que dans une autre il assurait mener une vie normale et sans histoires en Arizona.

 

Téhéran s’est saisi de cette affaire pour tenter de marquer des points dans le bras de fer qui l’oppose à Washington. "Plusieurs responsables iraniens ont affirmé dès hier [mardi] que les États-Unis avaient échoué à utiliser ce physicien pour mettre en cause le programme nucléaire iranien", explique sur l’antenne de France 24 Siavosh Ghazi, le correspondant de l’AFP en Iran.

 

Les autorités iraniennes se réjouissent du rapatriement d’Amiri, présenté par les médias officiels comme un "chercheur en radio-isotopes médicaux à l'université Malek Ashtar", qui dépend des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite et idéologique du régime islamique. D’autant qu’il devrait conforter leur thèse une fois revenu en Iran :  "Amiri assure que les Américains lui ont proposé de le payer pour qu’il dise aux médias qu’ils étaient en possession de documents secrets", précise Siavosh Ghazi.


 

Première publication : 14/07/2010

  • NUCLÉAIRE

    Un physicien iranien se réfugie à l'ambassade du Pakistan à Washington

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran dit détenir la preuve de l'"enlèvement" d'un scientifique par les États-Unis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)