Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

De la Macédoine à la Hongrie : le périple des migrants vers l’Europe occidentale

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les milles et une vies d’Eric-Emmanuel Schmitt

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Faut-il revenir sur les 35 heures en France ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise des migrants : l'Europe en quête de solutions (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise des migrants : l'Europe en quête de solutions (partie 1)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Refugees Welcome" : des citoyens s'organisent pour aider les réfugiés

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le ralentissement de l'activité s'accentue en Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À votre bon cœur ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mots justes d'Angela Merkel"

En savoir plus

Moyen-orient

La Russie se propose de fournir du pétrole à Téhéran

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/07/2010

Faisant fi des nouvelles sanctions américaines qui pèsent sur l'Iran, les entreprises russes ont fait part de leur intention d'approvisionner la République islamique en produits pétroliers. À condition toutefois "qu'il y ait un intérêt commercial".

AFP - La Russie est prête à fournir l'Iran en produits pétroliers malgré les sanctions américaines récemment adoptées et qui visent à perturber son approvisionnement en essence, a indiqué mercredi le ministre russe de l'Energie Sergueï Chmatko.

"Les entreprises russes sont prêtes à effectuer des livraisons de pétrole vers l'Iran", a déclaré M. Chmatko lors d'une rencontre à Moscou avec le ministre iranien du Pétrole, Massoud Mirkazemi.

"La possibilité de livrer des produits pétroliers en Iran, à condition qu'il y ait un intérêt commercial, existe", a-t-il ajouté, cité par les agences russes.

Le président américain Barack Obama a promulgué le 1er juillet une nouvelle série de sanctions, votée par le Congrès, contre l'Iran, soupçonné malgré ses démentis de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil.

Ces sanctions s'ajoutent à la nouvelle résolution de l'ONU adoptée le 9 juin par les cinq puissances du Conseil de sécurité, parmi lesquelles figure la Russie.

Les sanctions américaines concernent des compagnies ou leurs filiales qui font des affaires avec l'Iran en fournissant des produits pétroliers raffinés ou en aidant l'Iran à se doter de capacités de raffinage. Elles empêchent les entreprises étrangères de passer des marchés publics avec le gouvernement américain si celles-ci font des affaires avec l'Iran.

A l'instar de Washington, l'UE a aussi décidé d'imposer des sanctions, qui doivent être finalisées le 26 juillet. Les Européens veulent interdire de nouveaux investissements, transferts de technologies, équipements et services dans le secteur du pétrole et du gaz.

Quatrième producteur mondial de pétrole brut, l'Iran manque de raffineries sur son sol national et dépend donc fortement des importations pour son approvisionnement en essence et produits raffinés.

M. Mirkazemi a de son côté assuré que les sanctions n'avaient pas d'effet sur son pays.

"Les sanctions n'ont pas eu d'influence sur le développement économique et industriel de l'Iran. Elles n'étaient pas dirigées contre l'Iran lui-même, mais plutôt contre les entreprises", a-t-il affirmé.

"Les sanctions n'auront aucune espèce d'influence sur la coopération entre la Russie et l'Iran", a de son côté soutenu M. Chmatko. Moscou avait déjà exprimé fin juin son mécontentement face aux mesures décidées par Washington et Bruxelles.

Première publication : 14/07/2010

  • IRAN

    Total ne vend plus d'essence à Téhéran

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Le Congrès américain adopte de nouvelles sanctions contre Téhéran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)