Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Le PSG s'offre un succès de prestige face au Barça

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Mafalda, une héroïne éprise de paix et de justice

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Amériques

La légalisation du mariage gay, une précieuse victoire pour Cristina Kirchner

Vidéo par Clément MASSE

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 16/07/2010

Défendue par la présidente Cristina Kirchner, la loi autorisant le mariage gay a été adoptée par le Sénat. Elle permettra également aux couples homosexuels d'adopter des enfants. Une petite révolution dans ce pays à plus de 90 % catholique.

En se mariant en décembre dernier en Terre de Feu, Alex et José savaient qu’ils allaient faire parler d’eux. Ils ont d’ailleurs tout fait pour médiatiser leur union. Mais ils étaient loin de se douter que la polémique dont ils sont à l’origine - ils sont les deux premiers homosexuels à se marier en Amérique latine - allait aboutir, sept mois plus tard, au vote d’une loi autorisant le mariage gay en Argentine.

Jeudi à l'aube, après quinze heures de virulents débats, le Sénat a adopté ce projet de loi, porté à bout de bras par la présidente argentine, Cristina Kirchner. Il ne manque désormais plus que sa signature pour que le texte entre en vigueur. L’Argentine devient ainsi le premier pays de la région - et le 10e dans le monde - à accorder ce droit aux couples gays et lesbiens.

Désormais, deux personnes du même sexe pourront donc jouir des mêmes droits que les couples hétérosexuels dans le pays, et notamment adopter des enfants. "C’est un jour historique", a résumé Miguel Pichetto, leader du parti au pouvoir au Sénat, à l’issue du scrutin.

L’Église argentine farouchement opposée au mariage gay

L’adoption de ce texte ne s’est toutefois pas faite sans douleur dans un pays qui compte 91 % de catholiques. Mardi soir, pro et anti-mariage gay se sont affrontés à coup d’œufs et d’oranges devant le Congrès où était examinée la loi. À l’instar du Sénat - qui a adopté le texte à une courte majorité de 33 voix contre 27 - la société argentine reste très divisée sur la question.

L’Église, très influente dans le pays, a fait de la lutte contre ce projet de loi son cheval de bataille. Pendant les messes dimanche dernier, les prêtres catholiques et évangélistes ont défendu avec passion le mariage hétérosexuel. Dans les rues, les manifestations anti-mariage gay se sont multipliées ces dernières semaines. La pression s’est amplifiée, au point de faire perdre son sang-froid à Cristina Kirchner. "L’Église vit encore à l’époque des croisades", a-t-elle lâché la semaine dernière, dans un accès de colère.

"L’Église a mené une campagne extrêmement violente contre cette loi, confirme à france24.com Marine de la Moisonnière, journaliste française installée à Buenos Aires. Beaucoup d’Argentins ont été choqués. Le cardinal de Buenos Aires, Jorge Bergoglio, a par exemple qualifié l’homosexualité de ‘démon infiltré dans les âmes’", explique celle-ci.

"Kirchner a pris un gros risque"

En soutenant ce projet de loi si controversé à un an de la présidentielle, Cristina Kirchner risquait gros. D’autant plus que la présidente argentine a multiplié les échecs électoraux ces derniers mois, perdant notamment la majorité dans les deux chambres du Parlement en décembre dernier. "Cristina Kirchner a indéniablement fait de cette loi un enjeu politique. Il est clair qu’elle a en tête l'élection de l’année prochaine, poursuit Marine de la Moissonnière. Mais à la veille du vote, personne ne pouvait dire si le texte allait passer ou non. Ça aurait vraiment pu lui jouer des tours". Même si, en embarquant avec elle deux sénateurs ouvertement opposés à la loi à l'occasion de la visite officielle en Chine qu'elle effectue actuellement, la chef d’État a tout fait pour forcer l’issue du vote...

Risqué, le pari n'était pourtant pas perdu d’avance. Depuis une dizaine d’années, une forte communauté gay et lesbienne s’est implantée à Buenos Aires, où les enfants de couples homosexuels sont légion. En 2003, la capitale argentine avait par ailleurs été la première ville d’Amérique latine à légaliser les unions civiles entre les personnes de même sexe.

Depuis cette date, les droits des homosexuels ont fait leur chemin : la ville de Mexico et l’État brésilien de Rio Grande do Sul autorisent depuis peu le mariage gay et lesbien. L’Argentine, pourtant considérée comme l'un des pays les plus conservateurs du continent jusqu’à la fin des années 1980 - le divorce n’y a été légalisé qu’en 1987 - passe désormais pour un précurseur en matière de droit des minorités sur le continent.
 

Première publication : 15/07/2010

  • ARGENTINE

    Les sénateurs se penchent sur le mariage homosexuel

    En savoir plus

  • FRANCE

    La justice française ouvre une brèche pour l'adoption par des parents gays

    En savoir plus

  • FRANCE

    La Gay Pride à Paris a connu un véritable succès

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)