Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Amériques

BP annonce avoir endigué la fuite de pétrole souillant le golfe du Mexique

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/07/2010

Pour la première fois depuis l'explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, le 20 avril, BP annonce ce jeudi que plus aucune goutte de pétrole ne s'échappe du puits à l'origine de la marée noire qui souille le golfe du Mexique.

AFP - Le géant pétrolier BP est parvenu a arrêter l'écoulement de pétrole qui souille le golfe du Mexique depuis près de trois mois au cours d'un test crucial visant à évaluer la résistance du puits endommagé avant d'envisager de stopper définitivement la fuite.

"C'est bon de voir que le pétrole ne s'échappe plus dans le golfe du Mexique", a déclaré jeudi le vice-président de BP, Kent Wells. "Nous démarrons tout juste le test", a-t-il toutefois mis en garde, ajoutant qu'il était trop tôt pour dire si le puits avait été définitivement bouché.

"Il est encore trop tôt pour clamer victoire et il reste encore beaucoup de travail à faire", a commenté de son côté le gouverneur de Louisiane, Bobby Jindal.

BP a commencé jeudi un test crucial visant à évaluer la résistance du puits à l'origine de la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis, provoquée par l'explosion, le 20 avril, puis le naufrage, le 22 avril, de la plateforme Deepwater Horizon au large des côtes de Louisiane (sud).

Quel avenir pour la marée noire maintenant ?

Cette opération sert à vérifier, en mesurant la pression, si le puits peut être scellé sans risque de nouvelles fuites ailleurs dans le coffrage de l'installation, qui descend à 4 km de profondeur sous terre.

"C'est un signe positif", s'est réjoui le président Barack Obama. "Nous sommes toujours dans une phase de test", a-t-il toutefois mis en garde.

"Dans quelques jours cela pourrait être encore plus encourageant, mais non, ne crions pas encore victoire", a dit de son côté Doug Suttles, le directeur d'exploitation de BP.

M. Obama, qui est régulièrement tenu informé des progrès des opérations, a dit qu'il s'exprimerait à nouveau sur le sujet vendredi.

M. Wells a précisé que l'écoulement de pétrole avait été stoppé lorsque la dernière des trois valves d'un nouveau dispositif avait été fermée vers 19H25 GMT, mais que les ingénieurs du groupe restaient vigilants afin de repérer toute fuite éventuelle.

Le test doit permettre de déterminer si le nouvel entonnoir géant posé lundi sur la fuite peut entrer en fonction. Ce nouveau dispositif est censé récupérer l'intégralité du pétrole qui s'échappe du puits ou, selon un autre scénario, stopper définitivement la marée noire.

"Le test de résistance du puits MC252 a débuté aujourd'hui" (vendredi), avait indiqué auparavant BP. Le test "va durer au moins 6 heures et pourrait durer jusqu'à 48 heures", avait ajouté le groupe.

Le groupe britannique insiste sur le fait que ce nouveau dispositif n'a encore jamais été déployé "à cette profondeur et dans ces conditions".

Le scientifique américain Michio Kaku a exprimé jeudi son "optimisme". "Nous pouvons voir la lumière à la fin du tunnel", a-t-il dit. "Si (la marée noire) était un drame en trois actes, nous en serions au troisième et dernier acte".

Si le puits ne parvenait pas être colmaté définitivement à l'aide de l'entonnoir, BP compte voir entrer en oeuvre début août le premier des deux puits de secours censés stopper définitivement la fuite.

Mardi, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a estimé que de 2,3 à 4,5 millions de barils de pétrole s'étaient déversés dans le golfe du Mexique depuis fin avril.

Mis à mal par la marée noire, BP pourrait vendre jusqu'à 20 milliards de dollars d'actifs afin de pouvoir se doter d'un fonds destiné à couvrir les coûts de la catastrophe, a rapporté vendredi le Financial Times.

La compagnie parachève les détails de la vente, dont la cession de 12 milliards de dollars à son homologue américain Apache Corporation, précise le quotidien, citant des personnes proches de la négociation.

Le groupe britannique a déjà dépensé au moins 3,5 milliards de dollars pour couvrir les coûts de la marée noire et les sommes réclamées en guise de compensation pourraient atteindre dix fois ce chiffre.

Première publication : 15/07/2010

  • ÉTATS-UNIS

    BP installe un nouvel entonnoir pour contenir la fuite de pétrole

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La marée noire a déjà coûté plus de 3 milliards de dollars à BP

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Washington accepte l'aide de douze pays pour lutter contre la marée noire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)