Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

Afrique

La CPI ordonne la libération de l'ex-milicien congolais Thomas Lubanga

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/07/2010

Les juges de la CPI estiment qu'"il n'est plus juste" de maintenir en prison l'ex-milicien accusé d'avoir commis des crimes de guerre en RD Congo, compte tenu de la suspension de son procès le 8 juillet. L'accusation a cinq jours pour faire appel.

AFP - La Cour pénale internationale (CPI) a ordonné jeudi la libération de l'ancien chef de milice de République démocratique du Congo (RDC) Thomas Lubanga, dont le procès avait été suspendu, mais sa mise en liberté ne peut pas être appliquée immédiatement.

M. Lubanga est accusé de crimes de guerre avec l'enrôlement et la conscription d'enfants de moins de 15 ans durant la guerre civile en Ituri (est de la RDC) entre septembre 2002 et août 2003. Il est aussi accusé d'avoir fait combattre ces enfants dans l'aile militaire de sa milice.

"L'accusé sera libéré sans conditions", a déclaré Adrian Fulford, le président de la chambre de première instance, ajoutant qu'"il n'est plus juste" de maintenir Thomas Lubanga en détention, au vu de la suspension de son procès.

Cependant, la décision "n'est pas applicable avant que le délai de cinq jours, ouvert pour interjeter appel contre la décision, expire", a-t-il précisé.

"Dans le cas où un appel serait interjeté et s'il était demandé que l'appel ait un effet suspensif, l'accusé resterait en détention jusqu'à ce que la chambre d'appel se soit prononcée sur la suspension de la décision de mise en liberté", a expliqué Adrian Fulford.

"Nous allons interjeter appel" de la décision de mise en liberté, a affirmé Nicola Fletcher, une porte-parole du bureau du procureur Luis Moreno-Ocampo.

Les juges de la CPI avaient décidé le 8 juillet de suspendre le procès de Thomas Lubanga car le procureur avait refusé de communiquer à la défense le nom d'un intermédiaire qu'il avait chargé de retrouver des témoins des crimes de guerre dont est accusé Thomas Lubanga, 49 ans.

"Ceci a constitué un refus délibéré et totalement injustifié d'appliquer les directives de la Cour", a affirmé le président de la chambre de première instance.

Selon la défense de M. Lubanga, des faux témoignages avaient été "fabriqués" avec l'assistance d'intermédiaires et la collaboration du bureau du procureur.

Les témoins présentés par l'accusation comme étant des enfants soldats avaient tous menti lors de la présentation des charges contre l'accusé, selon la même source.

Le procès de M. Lubanga, le premier de la CPI, s'était ouvert le 26 janvier 2009. Transféré à La Haye en mars 2006, il plaide non coupable.
 

Première publication : 15/07/2010

COMMENTAIRE(S)