Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Arabie saoudite impose sa stratégie à l'Opep

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Nouvelle affaire d'enlèvement au Mexique : la mère d'une victime témoigne

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : François Hollande s'exprime sur France 24 - RFI - TV5 Monde (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : François Hollande s'exprime sur France 24 - RFI - TV5 Monde

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Football : une sanction démesurée pour Brandao ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Tchéky Karyo

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

Amériques

Prison à vie pour un ex-responsable du département d'État accusé d'espionnage au profit de Cuba

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/07/2010

Un ancien responsable du département d'État américain a été condamné à la prison à vie, sans possibilité de libération anticipée, pour espionnage au profit de Cuba pendant 30 ans. Également impliquée, sa femme écope de 7 ans de prison.

AFP - Un ancien responsable du département d'Etat américain, Walter Kendall Myers, a été condamné à la prison à vie vendredi pour son rôle dans un complot de 30 ans visant à livrer des documents secrets à Cuba, a annoncé le ministère de la Justice américain.

Myers ne pourra bénéficier d'aucune libération anticipée, a précisé le ministère.

Egalement mouillée dans l'affaire, sa femme, Gwendolyn Steingraber Myers, a pour sa part écopé d'une peine de 81 mois de prison (environ 7 ans).

Le couple avait été arrêté en juin 2009. Ils avaient plaidé coupable des accusations les liant à "une conspiration de près de trente ans au cours de laquelle ils ont fourni des informations secrètes sur la défense américaine" à Cuba, a indiqué le ministère.

Walter Kendal Myers, 73 ans, aussi connu sous le nom d'"agent 202", et sa femme, 72 ans, l'"Agent 123" ou l'"Agent E-634", avaient plus précisément plaidé coupable respectivement de "complot d'espionnage" et de "complot pour réunir et transmettre des informations de défense nationale".

L'accord de plaider-coupable prévoyait bien que "Walter Kendall Myers purge une peine de prison à vie" et que "Gwendolyn Myers purge une peine d'entre six et sept ans et demi de prison".

Le couple a également accepté la saisie de son appartement à Washington, de son voilier et de ses comptes en banque, pour un montant total de 1,7 million de dollars.

"Ce couple a fièrement participé à des actions d'espionnage pour le compte d'un adversaire étranger de longue date. Aujourd'hui ils sont tenus responsables de leurs actes", a déclaré David Kris, un responsable du ministère de la Justice chargé de la Sécurité nationale.

"Leurs peines devraient servir d'avertissements à tous ceux qui souhaiteraient délibérément compromettre les informations les plus sensibles de notre pays", a-t-il ajouté.

Le couple Myers avait été arrêté après avoir détaillé ses prouesses à un agent du FBI sous couverture que les deux septuagénaires prenaient pour un agent du régime communiste.

M. Myers a commencé à espionner pour le compte de Cuba six mois environ après un voyage dans l'île en décembre 1978, alors qu'il travaillait au département d'Etat. Il avait obtenu en 1985 et en 1999 différents niveaux d'accès aux documents top secret, qu'il apprenait par coeur ou parfois sortait.

Le couple allait à la rencontre d'agents cubains dans différents pays des Caraïbes et de l'Amérique latine ou faisait parfois passer des informations en échangeant des caddies au supermarché.

Il communiquait avec Cuba par le biais de messages codés sur une radio à ondes courtes.

Première publication : 16/07/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Microsoft rattrapé par l'affaire des espions russes

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE

    Échange d'espions entre la Russie et les États-Unis sur le tarmac de l'aéroport de Vienne

    En savoir plus

  • CUBA

    Sept ex-détenus politiques cubains sont arrivés à Madrid

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)