Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Tu es un journal et tu dois savoir rester à ta place"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aux grandes femmes la patrie reconnaissante"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: "tout va bien madame la marquise"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

Nos grands reporters et nos correspondants aux quatre coins du globe vous proposent des reportages long format. Ils viennent ensuite les décrypter en plateau. Le samedi à 22h10.

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 16/07/2010

Retour sur le Mondial

Revivez les temps forts de la Coupe du monde : le psychodrame des Bleus, le parcours exceptionnel du Ghana, l’incroyable Paul le poulpe… et le but d’Andres Iniesta qui offre une victoire historique à l'Espagne. Nos reporters ont suivi ce premier Mondial en terre africaine.

Comment ? Comment ? Qu’est ce qu’il dit ? Quoi ? Vuvu… Vuvuzela ? Ah !!!!

Tout a commencé quand un 11 juin 2010, lors du match d’ouverture, la planète entière découvre le tintamarre assourdissant des cornes sud-africaine, j’ai nommé la  ô combien célèbre, aujourd’hui, vuvuzela. 120 dB à deux mètres, l’équivalent d’une sirène de camion pompier, ou plutôt car cela est plus spectaculaire, d’un décollage d’avion situé à 300 mètres.

Autant dire que la vuvuzela fait du bruit. Attention, le seuil de la douleur n’est plus très loin, à quelques décibels. 130 dB. Franchement, on y était pas vraiment préparé ! Lors des tournages il vaut mieux avoir prévu ses boules quies, ou plus simplement les petites mousses oranges gracieusement données lors de notre vol aller. Avec cela, je vous l’assure, j’ai pu travailler "tranquille" même quand les Bafanas Bafanas faisaient trembler les filets !

Faire mentir les statistiques !

Jamais une équipe n’a remporté le célèbre trophée composé de cinq kilos d’or, en ayant perdu son premier match. C’est maintenant chose faite grâce à l’Espagne. Premier match à Durban face à la Suisse, et première défaite pour la Roja :1-0. Et si cette défaite avait été une bonne chose pour une équipe annoncée comme grandissime favorite, depuis son titre européen de 2008 à Vienne ? Une façon de refroidir un peu les égos, les esprits. Ne pas arriver en star.

Ce 16 juin, je me trouve à Durban. Sur le front de mer, plusieurs milliers de supporters espagnols regagnent leurs hôtels. L’ambiance est beaucoup moins festive que dans l’après-midi. Et rare sont ceux qui pensent au titre de champion du monde. Pour l’instant l’objectif c’est de passer le premier tour. Et déjà rien que cela, ce n’est pas gagné ! Français, Italiens, Camerounais, et Ivoiriens en savent quelque chose.

Black transversale

Quart de finale. Uruguay-Ghana. Sur les épaules des Blacks Star, l’espoir de tout un continent. L'attaquant Asomoah Gyan a la qualification au bout du pied à la 120 ème minute. Son penalty, peut donner la victoire au Ghana et offrir à l’Afrique sa première demi-finale de Coupe du monde de son histoire.

À Paris, au Trocadéro, ils sont nombreux les supporters du Ghana. Tous célèbrent déjà la qualification par des danses victorieuses. La caméra au milieu de cette foule déclenche une hystérie parfois dangereuse...

La frappe de Gyan touche la barre transversale. La demi-finale de l’Afrique s’échappe sous les crampons ghanéens. Terrible désillusion. Le continent a attendu 80 ans pour organiser une Coupe du monde, il doit encore attendre pour voir un de ses représentants atteindre le dernier carré.

Paul, du fond de son aquarium

Certains (Hollandais) veulent aujourd’hui le manger, d’autres comme José Luis Zapatero est "inquiet pour lui" et pensent "lui envoyer une équipe de protection". À chaque rencontre de la Mannschaft, Paul le poulpe fait parler de lui avec ses pronostics.

8 matchs, 8 pronostics corrects. "L’Allemagne perdra face à la Serbie" et "face à l’Espagne" avait-il déclaré avec ses tentacules. La pilule avait eu du mal à passer en Allemagne, puisque son pronostic avait été diffusé en direct à la télévision quelques jours avant la demi-finale. L’incroyable pronostiqueur est bel et bien la star de cette 19ème édition de la Coupe du monde.

Le psychodrame Bleu

Franchement peut-être est-il préférable de ne pas en reparler. Lol.

Par Nicolas RANSOM

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/05/2015 Thaïlande

Thaïlande : face à la junte, la dissidence tente de résister

Il y a un an, le 22 mai 2014, l’armée thaïlandaise prenait le contrôle du pays, après des mois de manifestations contre le gouvernement élu de Yingluck Shinawatra. Depuis, la...

En savoir plus

14/05/2015 Politique française

20 ans après, le monde selon Chirac : rupture ou continuité ?

Vingt ans après l'élection de Jacques Chirac à l'Élysée, comment évaluer, avec le recul de l'Histoire, la politique étrangère du président qui a notamment dit "non" à l'allié...

En savoir plus

08/05/2015 Colombie

Colombie : herbicide contre cocaïne… poison contre poison ?

La Colombie est l’un des principaux pays producteurs de cocaïne au monde. Pour lutter contre sa production et affaiblir la guérilla des FARC, qui tire une grande partie de son...

En savoir plus

30/04/2015 Syrie

Antiquités syriennes : sur les routes du trafic

Avec la guerre qui dure depuis plus de quatre ans en Syrie, de nombreuses pièces d’antiquité sont volées dans les musées ou sur des sites archéologiques. Elles passent ensuite la...

En savoir plus

24/04/2015 Centenaire Première Guerre mondiale

Première Guerre mondiale : la mémoire dans la pierre

En 1914, une ancienne carrière souterraine est réquisitionnée en Picardie par l'armée française. Des centaines de soldats y stationnent pendant près de quatre ans et y ont laissé...

En savoir plus