Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

EUROPE

Un député britannique lance le débat sur l'interdiction du voile intégral dans les lieux publics

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/07/2010

Le député conservateur, Philip Hollobone, a déposé un projet de loi visant à réglementer le port du voile intégral dans l'espace public. Le texte a toutefois peu de chances d'aboutir en raison de la réticence d'une majorité de parlementaires.

AFP - Un député britannique du parti conservateur au pouvoir a déposé un projet de loi limitant le port du voile intégral islamique dans les lieux publics et affirme samedi qu'il refuserait à l'avenir de recevoir à sa permanence les femmes au visage dissimulé.

Philip Hollobone a déposé à la chambre des Communes un texte visant à "réglementer le port de certains voiles" dans le but assumé de provoquer un débat entre les députés qu'il juge "déconnectés de l'opinion publique".

Le texte doit être examiné en décembre mais n'a quasiment aucune chance d'être adopté en raison de la réticence d'une majorité de parlementaires à légiférer sur le voile.

Le ministre de l'Immigration Damian Green a d'ailleurs jugé "très peu probable" l'adoption du projet de loi.

"Dire aux gens ce qu'ils peuvent ou ne peuvent pas porter quand ils marchent simplement dans la rue est une manière de procéder qui n'est pas vraiment britannique. Nous sommes une société tolérante pratiquant le respect mutuel", a déclaré le ministre au Sunday Telegraph.

Il a cependant reconnu que dans certaines circonstances, il était important de voir le visage de l'autre.

Mais l'adoption du texte "est très peu probable et il ne serait pas souhaitable que le parlement britannique tente d'adopter ou adopte une loi dictant ce que les gens doivent porter", a-t-il ajouté.

Contrairement à la France, a encore déclaré le ministre, la Grande-Bretagne n'est pas un pays "agressivement laïque". Les députés français ont voté massivement mardi l'interdiction du voile intégral.

Le député Philip Hollobone a par ailleurs affirmé samedi dans un entretien au journal The Independent qu'il exigerait des femmes voilées qu'elles se découvrent si elles souhaitent le rencontrer à sa permanence de Kettering (centre de l'Angleterre).

"Si elle disait: +non+, et qu'elle était en mesure de voir mon visage mais moi pas, j'estimerais que je n'aurais pas de garantie suffisante qu'elle soit vraiment la personne qu'elle prétend être", a justifié le député.

"Je l'inviterais alors à s'adresser à moi par un autre moyen, probablement par courrier", a-t-il dit, ajoutant: "Dieu nous a donné des visages pour nous exprimer".

Environ 400 musulmans vivent à Kettering, d'après une association musulmane locale, sur une population totale de 50.000 personnes.

Aucune loi n'interdit le port du voile intégral au Royaume-Uni. Selon le Conseil des musulmans de Grande-Bretagne (BMC), le pays compte plus de 2,5 millions de musulmans, et moins de 1% des musulmanes y résidant portent un niqab ou une burqa.

Un sondage de l'institut YouGov pour la chaîne de télévision Five révélait vendredi que deux Britanniques sur trois étaient favorables à une interdiction du voile intégral sur le modèle de l'interdiction votée en début de semaine par les députés français.

Mais un sondage de l'institut Harris publié en mars par le Financial Times plaçaient les Britanniques parmi les Européens les plus tolérants en la matière, avec seulement 57% d'opinion favorable à une interdiction, contre 70% en France ou 65% en Espagne.
 

Première publication : 18/07/2010

COMMENTAIRE(S)