Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

FRANCE

Nouveaux tirs à balles réelles contre des policiers à Grenoble, plusieurs personnes interpellées

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/07/2010

Des policiers déployés à Grenoble suite aux violences de la veille ont, à nouveau, essuyé des tirs à balles réelles dans la nuit de samedi à dimanche, sans déplorer de blessés. Les policiers ont, par ailleurs, interpellé une dizaine de personnes.

AFP - Les policiers déployés dans un quartier de Grenoble touché par des violences urbaines après la mort d'un braqueur ont essuyé des tirs à balles réelles dans la nuit de samedi à dimanche, pour la seconde nuit consécutive, et quatre tireurs présumés ont été interpellés.

"On a relevé un impact de balle sur un véhicule de CRS et on s'est fait tirer dessus à deux ou trois reprises", a déclaré devant la presse dimanche à la mi-journée Brigitte Jullien, directrice départementale de la sécurité publique de l'Isère.

Quatre hommes soupçonnés d'être les auteurs des tirs de la première nuit de violence ont par ailleurs été interpellés dimanche à Grenoble. Une arme de poing a été retrouvée chez l'un d'eux.

Ces suspects mis à part, ce sont au total onze personnes qui ont été interpellées pour des violences commises la nuit dernière, dont des jeunes porteurs d'une batte de base-ball ou d'un couteau.

Cette nuit est jugée néanmoins beaucoup plus calme que la précédente par la police, avec 15 voitures incendiées contre une soixantaine la veille. Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, avait fait le déplacement samedi, se disant déterminé à rétablir l'ordre "par tous les moyens".

L'important dispositif des forces de l'ordre (plus de 300 hommes venus notamment de deux unités de CRS et de la Force d'intervention de la police nationale regroupant le RAID et le GIPN) doit être maintenu jusqu'à mercredi matin.

"Ce dispositif nous a permis de quadriller le quartier de façon importante", avec un effet dissuasif sur les incendiaires, pilleurs et casseurs d'abribus qui avaient sévi la première nuit ayant suivi la mort du jeune braqueur du quartier, a expliqué Mme Jullien.

Mais aux classiques jets de pierres sur les CRS en début de soirée, des jeunes sont passés vers 22H30 aux tirs à balles réelles autour de la galerie commerçante de l'Arlequin.

Le Raid et le GIPN sont alors intervenus, "pour ne pas mettre en danger les policiers", mais l'homme qui leur tirait dessus a réussi à prendre la fuite.

"Toute la nuit, nous avons joué au chat et à la souris dans les galeries de l'Arlequin sans pouvoir interpeller ce tireur", a ajouté Mme Jullien, précisant que les violences avaient cessé "faute de combattants" vers 03H00-03H30.

Originaire du quartier populaire de la Villeneuve, Karim Boudouda, 27 ans, avait été tué dans la nuit de jeudi à vendredi lors d'un échange de tirs avec la police après son attaque d'un casino en Isère.

Saliya Boudouda, la mère de ce multirécidiviste condamné trois fois aux assises, avait lancé un "appel au calme" dimanche dans Le Dauphiné libéré.

Elle a annoncé dimanche à l'AFP son intention de porter plainte pour éclaircir les circonstances de sa mort. "Ils ont déconné les flics. Je vais voir le procureur et je vais porter plainte", a-t-elle déclaré.

La plainte de Mme Boudouda, si elle était validée par le parquet de Grenoble, serait alors incluse dans l'enquête dont l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie.

D'ores et déjà, il a été établi que les policiers avaient tué Karim Boudouda étaient en état de légitime défense, ce dernier ayant ouvert le feu sur eux à l'issue d'une course-poursuite après avoir braqué un casino en Isère, selon une source judiciaire.

Première publication : 18/07/2010

COMMENTAIRE(S)