Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Amériques

Malgré la détection d'une nouvelle fuite, Washington accorde un délai à BP

Vidéo par Mariam Pirzadeh , Axelle SIMON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/07/2010

En dépit de la détection d'une possible nouvelle fuite, le responsable des opérations de lutte contre la marée noire a autorisé la compagnie BP à poursuivre pendant 24 heures les tests qu'elle effectue sur le puits endommagé.

AFP - Le gouvernement américain a autorisé lundi BP à maintenir fermé pendant encore 24 heures le puits de pétrole dans le golfe du Mexique, malgré la découverte d'une possible fuite dans le fond marin, lui demandant de surveiller rigoureusement la situation.

"ON EN EST POUR L'INSTANT AUX HYPOTHÈSES"

"J'ai autorisé BP à poursuivre les tests de résistance pendant 24 heures de plus et réaffirmé notre position selon laquelle ces tests ne continueront qu'à la condition que BP respecte ses obligations de surveiller rigoureusement tout signe montrant que ces tests pourraient faire empirer la situation", a annoncé dans un communiqué l'amiral Thad Allen, responsable des opérations de lutte contre la marée noire pour le compte de l'administration américaine.

BP mène depuis jeudi des tests sur le puits, qui ont permis de mettre enfin un terme à l'écoulement de millions de litres de brut chaque jour dans les eaux du golfe, mais la crainte est que, emprisonné dans le puits, le pétrole comprimé ne finisse par créer des brèches et par se répandre à nouveau.

Selon l'amiral Allen, la décision d'autoriser BP à maintenir fermé le puits est intervenue après que des membres de l'équipe d'experts fédéraux et des représentants du groupe pétrolier se sont entretenus dimanche sur la détection d'une possible fuite à proximité du puits et sur la possible présence de méthane au-dessus de celui-ci.

"Au cours de la discussion, l'équipe d'experts scientifiques fédéraux a reçu les réponses aux questions qu'elle se posait et l'engagement de BP à respecter ses obligations en matière de surveillance", a ajouté l'amiral Allen.

"La surveillance et une analyse complète de la fuite et du méthane va se poursuivre en coordination avec l'équipe d'experts", a-t-il assuré.

Dimanche, le gouvernement américain avait ordonné à BP de l'informer sur "une fuite détectée" et sur "d'autres anomalies" près du puits de pétrole.

"Je vous ordonne de me fournir une procédure écrite pour pouvoir ouvrir la vanne d'étranglement aussi vite que possible sans endommager le puits si la fuite d'hydrocarbone à côté du puits est confirmée", avait indiqué l'amiral Allen dans une missive au responsable de BP chargé de la marée noire, Bob Dudley.

Le même jour, BP a fait savoir que le puits pourrait rester fermé jusqu'à ce qu'il soit définitivement bouché, alors que tout laissait penser jusqu'à présent qu'il serait partiellement ou complètement rouvert à l'issue de la période de tests en attendant que les puits de dérivation soient achevés.

"Nous ne voulons pas déverser à nouveau du pétrole dans le golfe si ce n'est pas nécessaire", avait dit le directeur d'exploitation du groupe, Doug Suttles.

La compagnie britannique travaille sur deux puits de dérivation qui doivent intercepter le puits principal sous terre et permettre de le boucher de manière définitive en le colmatant à l'aide de béton. Cette opération extrêmement complexe est prévue entre fin juillet et la mi-août.

La marée noire, la pire de l'histoire des Etats-Unis, provoquée par le naufrage le 22 avril de la plateforme pétrolière de BP Deepwater Horizon, empoisonne la vie des habitants des Etats touchées, Texas, Louisiane, Mississippi, Alabama et Floride, qui vivent de la pêche et du tourisme.

BP a annoncé lundi que la catastrophe lui avait coûté près de 4 milliards de dollars jusqu'ici en frais divers, y compris les dédommagements déjà versés.

Première publication : 19/07/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Les vains efforts de BP pour endiguer la marée noire

    En savoir plus

  • MARÉE NOIRE

    Washington somme BP de s'expliquer sur la détection d'une fuite

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    BP annonce avoir endigué la fuite de pétrole souillant le golfe du Mexique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)