Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

FRANCE

Le ciel français perturbé par une grève des contrôleurs aériens

Vidéo par Inès OLHAGARAY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/07/2010

Le mouvement social lancé à l'appel des aiguilleurs du ciel perturbe le trafic aérien français. Quelque 20 % des vols seront annulés depuis Roissy, seul un vol sur deux sera assuré depuis Orly. La situation devrait revenir à la normale jeudi.

AFP - Opposés à un projet européen de fusion du contrôle aérien, les aiguilleurs du ciel ont lancé une grève ce mardi soir, la troisième depuis début 2010, qui doit se traduire mercredi par de fortes perturbations en pleine période de vacances estivales.

Les désordres devaient commencer mardi en début de soirée et vont aller croissants: 50% des vols seront annulés mercredi à Orly, 20% à Roissy et l'ensemble des aéroports français devraient être touchés, a anticipé la Direction générale de l'aviation civile (DGAC). Des orages pourraient aussi affecter le trafic.

A l'aéroport Nice Côte d'Azur, le plus important en province, 9% des vols seront supprimés.

La situation devrait revenir à la normale jeudi.

Air France assurera mercredi "100% de ses vols long-courriers, 80% de ses vols court et moyen-courriers à Paris-Charles de Gaulle et 50% de ses vols court et moyen-courriers à Paris-Orly".

Corsairfly, spécialisée dans les Antilles françaises, n'a pas prévu la modification de ses vols. Le service minimum auquel sont astreints les contrôleurs aériens implique d'assurer les liaisons avec les DOM-TOM.

Alors que certaines compagnies comme Easyjet affirment prendre en charge les frais d'hôtel pour les passagers bloqués, certains étaient sans solution dès mardi soir.

"On ne nous fournit pas de nourriture, on nous propose pas de nuit d'hôtel, mais seulement de reprogrammer notre vol" lundi prochain, a témoigné à Orly-Sud une touriste slovaque, Katarina Kanalova.

Le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, a jugé la grève "inadaptée et inappropriée".

"L'évolution du ciel européen, pour la sécurité, le CO2 et les économies de kérosène, il faut la faire", a estimé le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo.

Pour Martial Duqueyroix (CGC), "il est scandaleux d'accuser les syndicats alors que nous avons tout fait pour éviter la grève".

L'intersyndicale (CGT-CGC-FO-Unsa/Iessa-Unsa/Icna), qui affirme représenter 52% du personnel de la DGAC, refuse une fusion du contrôle aérien français avec celui de cinq pays pour former le Fabec, le bloc d'Europe centrale, dans le cadre d'un ciel unique européen.

Les syndicats seraient favorables à une coopération, afin de conserver statut et conditions de travail des agents de la DGAC (12.000 fonctionnaires dont 4.000 contrôleurs).

Le personnel, qui avait déjà fait grève sur ce thème en janvier et février, redoute un éclatement de la DGAC.

Mercredi doit être signé un protocole d'accord social triennal, dans lequel figure déjà la concrétisation du Fabec, dénoncent les syndicats, qui attendent fin juillet un rapport de médiation de l'ancien eurodéputé (PS) Gilles Savary.

La DGAC a fait mardi une ouverture, en retirant du protocole toute mention de fusion, une "manoeuvre" selon FO.

Charles de Courson, rapporteur (NC) du budget du transport aérien, avait souligné lundi que le Fabec pourrait créer "un nouveau statut" pour les contrôleurs "très favorable".

Selon lui, les contrôleurs français touchent 120.000 euros annuels (brut), alors que la moyenne européenne s'élève à 180.000 euros. Mais les contrôleurs en Europe travaillent 160 jours par an contre 120 à 130 jours effectifs en France, a-t-il souligné.

A la suite d'un rapport de la Cour des comptes, la DGAC a activé début juin des badges pour mieux connaître les emplois du temps des contrôleurs. Cela a conduit certains à "appliquer de manière pointilleuse la réglementation", entraînant des retards, selon la DGAC, qui estime cependant que "ce mouvement-là s'essouffle".

Première publication : 19/07/2010

COMMENTAIRE(S)