Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

Moyen-orient

Mahmoud Ahmadinejad dénonce "la logique du cow-boy" des États-Unis

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/07/2010

Mahmoud Ahmadinejad a fustigé, lundi, "la logique du cow-boy" des États-Unis qui "adoptent des résolutions pour dialoguer". Le président iranien faisait allusion à celle votée le 9 juin par le Conseil de sécurité, imposant de nouvelles sanctions.

AFP - Les Etats-Unis doivent renoncer à la "logique du cow-boy" pour pouvoir dialoguer avec l'Iran de son programme nucléaire, a déclaré lundi le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, lors d'un discours prononcé à Qazvin (nord) et diffusé par la télévision d'Etat.

"Vous adoptez des résolutions pour dialoguer. C'est la logique du cow-boy, qui n'a aucune place en Iran. Si vous agissez avec politesse, nous sommes prêts à dialoguer dans le respect. Nous sommes patients et nous vous observons faire vos galipettes", a déclaré M. Ahmadinejad.

Il faisait allusion à la résolution adoptée le 9 juin par le Conseil de sécurité, imposant de nouvelles sanctions contre l'Iran à cause de son programme nucléaire.

Les Occidentaux accusent l'Iran de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil et plus particulièrement ses activités d'enrichissement d'uranium.

"Ils n'ont peur ni de la bombe atomique, ni des missiles. Ils sont inquiets du réveil du peuple iranien. Ils disent que l'Iran pourrait produire une bombe dans deux ans. Ce n'est pas vrai. Nous ne voulons pas la bombe", a déclaré M. Ahmadinejad.

"Mais, même si c'était vrai, ils n'ont pas peur de la bombe. Les Américains disent eux-même qu'ils ont plus de 5.000 bombes atomiques (...). Comment peuvent-il avoir peur d'une seule bombe?", a-t-il affirmé.

"Ils savent parfaitement que nous ne cherchons pas à avoir la bombe atomique", a-t-il martelé.

Le président iranien a aussi affirmé que les sanctions décidées par le Conseil de sécurité et les Etats-Unis n'auraient pas d'effet sur la détermination de l'Iran à poursuivre son programme nucléaire.

"Ils imposent des sanctions sur les banques et (...) quelques produits et croient que nous allons leur livrer la clé du pays. Ils doivent savoir qu'ils emporteront dans la tombe le rêve que nous renoncions d'un pouce à nos droits" en matière nucléaire, a-t-il dit.

"Nous sommes favorables à des négociations" a déclaré M. Ahmadinejad en ajoutant toutefois que les Occidentaux devaient "s'assoeir" à la table des négociations comme de "bons garçons".

Première publication : 19/07/2010

COMMENTAIRE(S)