Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Economie

L'agence Moody's intègre l'Irlande dans la liste des mauvais élèves européens

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/07/2010

Quelques jours après avoir tapé sur les doigts de Lisbonne, l'agence de notation financière a abaissé d'un cran la note souveraine de Dublin. Avec l'Espagne, le Portugal et l'Irlande constituent le trio qui inquiète la zone euro.

Dans la valse des successeurs potentiels à la Grèce au titre de plus grand panier percé  de l'Europe, l’Irlande rejoint l’Espagne et le Portugal dans le trio de tête. Moody’s a décidé, lundi, de dégrader la note souveraine de Dublin. L’agence de notation américaine l’a abaissée d’un cran, d’Aa1 à Aa2. À la suite de cette annonce, les spéculations sur la dette souveraine irlandaise ont repris de plus belle. Petit tour de ces pays qui, après la Grèce, ont fait les frais de la sévérité des agences de notation et fait peser un risque accru sur la zone euro.

Irlande. Moody’s a justifié sa décision concernant l'Irlande par le coût que le renflouement des banques fait peser sur le budget de l’État et les faibles perspectives de croissance sur les trois prochaines années. L'agence s’aligne ainsi sur sa concurrente Standard & Poor

(S&P) qui lui avait décerné un AA il y a un an. Seule, la troisième roue de ce carrosse de notation, Fitch, va plus loin et lui a infligé un AA-. Reste que pour ces trois agences, l’Irlande reste un pays à la solvabilité haute.

 Espagne. Le cauchemar de Madrid s’appelle Standard & Poor. Depuis le début de 2009, l’agence de notation a, par deux fois, abaissé la note souveraine du pays. Entre janvier 2009 et avril 2010, l’Espagne est passée de AAA, la meilleure note, à AA. S&P a justifié ses décisions par la chute continue du secteur immobilier, traditionnel moteur de la croissance espagnole, et par un taux de chômage qui se maintient aux alentours des 20 %. L’agence estime également que la dette de l’Espagne devrait s’élever à 85 % de son produit intérieur brut (PIB). Si on est encore loin des finances de la Grèce (la dette représente plus de 110 % de son PIB), cette tendance avait suffi à affoler les marchés et marqué le déclenchement de la spéculation contre l’euro.

Portugal. S&P n’a pas non plus épargné le voisin de l’Espagne. En cause : le niveau de sa dette. Selon les prévisions de l’agence de notation, il devrait passer de 63 % en 2008 à 95 % en 2013. Une nette hausse qui a poussé S&P à baisser, fin avril, la note du Portugal de deux crans (de A+ à A-). Une double peine qui place le pays à la limite de la zone de solvabilité "moyenne inférieure", le dernier échelon avant d’être considéré comme à pays à risque… Moody’s qui a maintenu sa note maximale à l’Espagne a, en revanche, été beaucoup plus sévère avec le Portugal. Le 13 juillet, elle a décidé de suivre l’exemple de S&P et baissé la note du Portugal de deux crans également.

Première publication : 19/07/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)