Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

EUROPE

Bill Clinton fustige la mauvaise utilisation des fonds destinés à la lutte contre le sida

Vidéo par Cyrielle ABEHSERA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/07/2010

À l'occasion de la 18e conférence internationale sur le sida à Vienne, l'ancien président américain Bill Clinton a appelé, lundi, à une diminution du "coût de l'aide" contre la maladie et encouragé à financer "directement" les plans nationaux.

AFP - L'ex-président américain Bill Clinton est intervenu lundi dans le débat sur les ressources pour le sida, en plaidant pour une utilisation plus efficace des fonds mobilisés en ces temps de crise économique, devant la 18e conférence internationale à Vienne.

L'ancien président, qui dirige une fondation intervenant auprès des laboratoires pharmaceutiques pour faire baisser leurs prix, participe depuis 2002 à chacune des conférences internationales bisannuelles sur le sujet.

"Nous devons diminuer le coût de l'aide", a-t-il déclaré, premier intervenant lundi matin de cette conférence qui attend plus de 20.000 participants de 185 pays jusqu'à vendredi.

"Dans beaucoup trop de pays, beaucoup trop d'argent va à trop de gens qui vont à trop de réunions, qui prennent trop d'avions pour faire trop d'assistance technique", a-t-il dit, insistant sur la nécessité d'un changement de stratégie, avec le soutien direct aux plans nationaux de santé des pays en développement.

M. Clinton a défendu aussi le président Barack Obama, accusé par des activistes dimanche de revenir sur ses engagements en faveur de la lutte contre le sida, en affirmant que c'est au contraire "un homme qui tient ses promesses".

Dans l'après-midi, le milliardaire philanthrope Bill Gates, co-président avec sa femme de la fondation Bill et Melinda Gates, devrait prendre le relais, en insistant lui aussi sur une "optimisation" des fonds existants.

Comme Bill Clinton, il devrait parler des bénéfices de la circoncision, qui réduit de plus de 50% les risques pour les hommes, et insister sur la nécessité d'économiser sur le coût de distribution et gestion des traitements.

Dimanche soir, la conférence avait été officiellement ouverte par la lecture d'un message du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon, regrettant la restriction de l'aide accordée par certains gouvernements. "Nous devons nous assurer que nos gains récents ne sont pas perdus", avait-il dit.

Michel Kazatchkine, directeur exécutif du Fonds mondial contre le sida, de retour d'un tour du monde pour mobiliser davantage les Etats, a pris son petit déjeuner lundi avec l'ex-président Clinton. Ce dernier a de son côté aussi insisté devant la conférence sur la nécessité d'"abonder le Fonds mondial".


Le Fonds, un partenariat public-privé basé à Genève, souhaite lever entre 13 et 20 milliards de dollars pour la période 2011-2013. Les Etats annonceront leurs contributions en septembre à New York.

Le Pr Kazatchkine devait aussi rencontrer Bill Gates, dont la fondation fournit 100 millions de dollars par an depuis cinq ans au Fonds mondial. "Je les rencontre aussi pour établir comment ils peuvent nous aider auprès des pays donateurs", a indiqué M. Kazatchkine à l'AFP.

Tout en reconnaissant l'impact de la crise, on comprend mal à Vienne la baisse ou le plafonnement des aides internationales, alors que les budgets ont toujours été en progression ces dernières années.

"L'an dernier les pays riches n'ont eu aucun problème à trouver des milliards pour sauver les banquiers avides de Wall Street", a relevé Julio Montaner, président de la Société internationale pour le sida (IAS) qui organise la conférence, lors de la séance inaugurale.

L'organisation mondiale de la santé doit publier lundi ses nouvelles directives sur l'administration des traitements contre le sida.

Enfin, l'Unicef a tenu à alerter l'opinion sur la situation alarmante des jeunes et des enfants séropositifs en Europe orientale et Asie centrale dans un rapport publié lundi à Vienne. Près de 80% des personnes récemment infectées sont des jeunes de moins de 30 ans.

Première publication : 19/07/2010

  • Sida : espoir au Nord, désespoir au Sud

    En savoir plus

  • AUTRICHE

    Des manifestants défilent contre la pénurie de financements pour le sida

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)