Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Economie

Les salariés de l'usine de Strasbourg votent sur une offre de reprise de GM

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 19/07/2010

Un référendum est organisé, ce lundi, au sein de l’usine de Strasbourg. Les employés doivent approuver les sacrifices demandés par General Motors qui se propose de reprendre le site en péril sous conditions.

La journée est chargée pour les employés de l’usine General Motors de Strasbourg. Depuis 9h30, ce lundi, et jusqu’à 23 heures, les 1150 salariés sont appelés à voter sur le projet de reprise du site par General Motors. Il s’agirait d’un retour aux sources. En effet, lorsque le géant américain de l’automobile s’était déclaré en faillite en 2008, il avait abandonné cette usine de construction de boîtes de vitesses automatiques à la société de liquidation Motors Liquidation Company.

Maintenant que le "nouveau" GM va mieux, le groupe serait prêt à reprendre l’usine pour 1 euro symbolique. Reste que les salariés ne le voudront peut-être pas. La reprise est en effet conditionnée par l’abandon de plusieurs acquis sociaux afin de "se rapprocher du niveau du Mexique", a expliqué General Motors qui détient dans ce pays une usine du même type. General Motors a proposé un plan en trois points : l’abandon de 6 jours de RTT, le gel des salaires pendant deux ans et pas de prime d’intéressement jusqu’en 2013.

"Chantage éhonté"

"C’est la moins pire des solutions", assure Jean-Marc Rulhand, délégué de la CFDT. Depuis près de deux ans, l’usine de Strasbourg est en effet dans l’expectative. A l’heure actuelle, c’est Motors Liquidation Company qui gère le site et qui a été chargée de trouver un repreneur. Sans succès jusqu’à présent. "Il y a bien eu deux constructeurs, un Belge et un Allemand, mais on ne connaît même pas leur nom !", raconte Jorge Ruivo, délégué syndical FO. Alors quand GM est revenu frapper à la porte, ils ont été nombreux à se sentir soulagés. "Un autre repreneur aurait probablement imposé les mêmes conditions mais sans nous demander notre avis", estime Jean-Marc Rulhand, qui a organisé ce vote.

Tout le monde n’est pas sur la même longueur d’onde. Parmi le trio syndical, la CGT a décidé de boycotter ce référendum. Il s’agirait d’un "chantage éhonté pour étouffer toute forme de contestation", estime Roland Robert, représentant du syndicat. Il regrette l’absence de visibilité dans la proposition de General Motors. "On nous propose un nouveau projet d'entreprise pour 2014. Mais, on ne sait pas en quoi il consiste", a-t-il regretté vendredi.

"Irréductibles gaulois"

L’autre alternative, le rejet de la proposition, ne ferait qu’empirer les choses pour les deux autres syndicats en faveur du "oui". "Pendant deux ans, on a trouvé aucun repreneur sérieux, et à partir de 2011 on va perdre un gros client ce qui ne va pas faciliter un éventuel rachat", estime Jorge Ruivo. "Je ne vois pas pourquoi nous, irréductibles gaulois, réussirions à imposer toutes nos conditions à GM alors que partout ailleurs, les usines ont dû accepter des réductions de salaires", rajoute Jean-Marc Rulhand.

Le dépouillement se déroulera pendant la nuit et le résultat du vote doit être affiché mardi à 6 heures du matin. General Motors, de son côté, attend l’avis des salariés sur le plan proposé au plus tard le 23 juillet. Le groupe américain a assuré les salariés, la semaine dernière, qu’il n’y aurait pas de nouveau licenciement. "Ce ne sont certes que des paroles, mais on a quand même l’impression de sortir lentement de la galère", assure Jorge Ruivo.

Première publication : 19/07/2010

COMMENTAIRE(S)