Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au gabon, retour au calme mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

FRANCE

Le ciel français fortement perturbé par une grève des contrôleurs aériens

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/07/2010

Les aiguilleurs du ciel ont entamé, depuis mardi soir, une grève qui doit se traduire par de fortes perturbations mercredi. Quelque 20 % des vols seront annulés à Roissy, 50 % à Orly. La situation devrait revenir à la normale jeudi.

AFP - En pleines vacances, une grève des aiguilleurs du ciel, la troisième depuis début 2010 contre un projet européen de fusion du contrôle aérien, a provoqué mercredi nombre d'annulations et des fermetures de petits aéroports, mais sans causer de panique chez les voyageurs.


Les perturbations doivent prendre fin jeudi, le préavis de grève se terminant aux alentours

de 6H00 et tout devant rentrer dans l'ordre rapidement.

Mercredi à Orly, un vol sur deux a été annulé et à Roissy un sur dix, soit un peu moins que prévu sur cet aéroport.

A Marseille, 22% des vols ont été supprimés. A Nice, plus importante plate-forme de province, ce taux était de 9%, à Lyon Saint-Exupéry 11%, à Bordeaux-Mérignac 20%, à Beauvais 29% et à Nantes 16%.

A Tarbes-Lourdes, 2 vols sur 3 d'Air France devaient être maintenus et des retards étaient attendus pour les charters.

Dans la matinée, les aéroports de Metz-Nancy, Dinard, Pau, La Rochelle et Biarritz ont été fermés, Bergerac restant ouvert contrairement à de premières informations.

Selon la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), ce mouvement est "moyennement suivi", avec 30% de grévistes parmi les contrôleurs aériens et 10% sur l'ensemble du personnel. La mobilisation chez les contrôleurs est cependant du même niveau qu'en janvier et février, lors des précédentes grèves sur le même thème.

"POUR L'INSTANT, UN TIERS DES VOLS SONT ANNULÉS"
La CGT, qui a appelé avec la CGC, FO et l'Unsa/Iessa l'ensemble du personnel à cesser le travail, se félicite de cette "forte" participation.

Ces perturbations n'entraînaient pas de pagaille monstre dans les aéroports, les compagnies ayant pour la plupart renseigné les voyageurs mardi, ont constaté des journalistes de l'AFP.

A Orly, l'ambiance était calme et les voyageurs compréhensifs. Madlaina Vallois, mère de famille avec quatre enfants en partance pour New York via Madrid, dont le premier vol devait être garanti, se disait néanmoins "stressée" et gênée qu'à elle "seule" la France perturbe les vols européens.

A Toulouse-Blagnac, un couple d'une trentaine d'années ayant dû retarder à jeudi après-midi son départ en vacances en Finlande restait philosophe: "On n'est pas pressés, on verra bien si on a de la chance" dans 24 heures, souriait Julien Saint Guirons.

Cette résignation des usagers tranchait avec la dureté de la CFDT envers ce mouvement lancé par une intersyndicale dont elle ne fait pas partie. Cette grève "ne devrait pas avoir lieu", "c'est pas le moment d'embêter" les vacanciers et "de temps en temps, mieux vaut faire de bonnes négociations que des grèves", a asséné le numéro un de la centrale, François Chérèque.

Le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, avait jugé mardi la grève "inappropriée".

Charles de Courson, rapporteur (NC) du budget du transport aérien à l'Assemblée nationale, a stigmatisé "un combat perdu d'avance (...) anti-européen, contraire à toutes les règles de bon sens".

L'intersyndicale refuse une fusion du contrôle aérien français avec celui de cinq pays pour former le Fabec, bloc d'Europe centrale, dans le cadre d'un ciel unique européen, craignant un "démantèlement" de la DGAC.

L'Unsa-Icna, récente organisation qui faisait partie de l'intersyndicale, s'est retirée mercredi matin du préavis après un "geste d'ouverture, mineur mais réel, du gouvernement" mardi, qui a retiré d'un protocole social soumis à signature ce jour toute mention de "fusion" du contrôle européen.

"Sur le fond, rien ne change" dans les intentions des autorités, d'après la CGT, qui menace de nouvelles actions en septembre.

 

Première publication : 20/07/2010

  • TRANSPORTS

    Une nouvelle grève se profile à British Airways

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)