Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Asie - pacifique

À Kaboul, la communauté internationale organise le processus de transition

©

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/07/2010

Une conférence des pays donateurs réunissant une soixantaine de délégations s'est ouverte, ce mardi matin, à Kaboul. Hillary Clinton a assuré que le processus de transition "ne pouvait être repoussé indéfiniment".

Le président afghan Hamid Karzaï a ouvert ce mardi matin, à Kaboul, une conférence internationale réunissant les représentants de plus de 70 pays donateurs et d'organisations internationales. Neuf ans après l’invasion américaine de l'Afghanistan et la chute du régime taliban, cette réunion doit permettre de relancer le processus d'émancipation du gouvernement.

"Nous avons un ennemi commun et vicieux qui viole chaque loi islamique et internationale pour briser nos efforts communs, a déclaré Hamid Karzaï, en évoquant les Taliban. Ils ne veulent rien d'autre que créer de l'incertitude pour pousser les citoyens à douter de notre pouvoir et de notre détermination. Aujourd'hui, je vous invite à regarder plus loin et à atteindre notre but : un Afghanistan pacifique et prospère."

Cette conférence internationale - la plus grande jamais organisée dans la capitale afghane - est placée sous haute sécurité. Des soldats afghans et de l'Otan ont été mobilisés pour l’occasion. "Pour beaucoup, la tenue de cette réunion à Kaboul est inespérée, explique Mathieu Mabin, notre correspondant à Kaboul. Le premier défi est qu'elle ne soit pas interrompue par une attaque des insurgés et que tous les ministres rentrent chez eux en vie." Plusieurs roquettes ont été tirées dans la nuit à quelques kilomètres du ministère afghan des Affaires étrangères, où se tient la conférence, sans faire de victimes.

"Une transition graduelle"

Le transfert du contrôle de la situation sécuritaire à l'armée et à la police afghanes figure en tête de l'ordre du jour de la conférence. Alors que les forces américaines et de l'Otan, déployées dans le pays depuis fin 2001, connaissent des pertes sans précédent, Hamid Karzaï doit se préparer à reprendre les rênes.

Ce matin, il s'est dit "déterminé" à ce que les forces nationales afghanes soient "responsables de toutes les opérations militaires et de sécurité dans le pays d'ici à 2014".

Selon le communiqué final du sommet, dont Reuters s'est procuré une copie, les troupes afghanes devraient également assumer entièrement la sécurité de certaines provinces d'ici à la fin de l'année.

"Le processus de transition est trop important pour être repoussé indéfiniment", a affirmé ce matin la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton. Elle a néanmoins promis que les États-Unis resteraient "impliqués" après juillet 2011, date à laquelle les troupes américaines commenceront à quitter le pays. David Cameron souhaite, lui, le retour de tous les soldats britanniques au Royaume-Uni d'ici à l'été 2015.

Les bonnes résolutions d'Hamid Karzaï

Les projets du gouvernement afghan tournent autour de quatre axes:

  • Garantie de clareté dans l'utilisation des fonds
  • Lutte active contre la corruption
  • Augmentation des effectifs de l'armée et de la police
  • Mise en place d'un programme pour inciter les Taliban à déposer les armes

Hillary Clinton a ajouté qu'il restait "beaucoup de travail" au président afghan pour endiguer la corruption et assurer la stabilité du pays, en dépit des progrès réalisés.

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a indiqué de son côté que la transition "se fera graduellement, sur la base d'un examen sobre de la situation politique et sécuritaire". Les forces internationales resteront dans le pays pour assurer un rôle de soutien, a-t-il ajouté.

Négocier avec les Taliban

Cette conférence pourrait aussi marquer un changement de cap de la stratégie américaine dans le pays. Lors d'une rencontre, lundi soir, avec plusieurs responsables politiques afghans, et notamment Hamid Karzaï, Hillary Clinton a laissé entendre que Washington serait prêt à négocier avec les Taliban. "On ne fait pas la paix avec ses amis, a déclaré la secrétaire d'État américaine. C'est un fait. Pendant un conflit, on fait la paix avec ceux qui sont de l'autre côté, ceux qui sont vos ennemis. Nous sommes prêts à soutenir d'éventuelles négociations avec différents groupes à partir du moment où certaines grandes lignes auront été définies à l'avance."

Le Guardian, qui cite un haut responsable américain, affirme également que les États-Unis seraient prêts à réviser leur stratégie en Afghanistan et à entamer des discussions indirectes avec des responsables taliban - une politique soutenue depuis longtemps par les gouvernements afghan, pakistanais et britannique, mais que Washington était jusqu'à présent réticent à envisager.

Également présent à Kaboul, le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a appelé les Afghans à faire preuve de "courage" pour faire la paix "avec les ennemis d'hier".

"ON ÉVOQUE DES PLANS D'AIDE AU DÉVELOPPEMENT"

 

 

 

Première publication : 20/07/2010

  • AFGHANISTAN

    L'administration Karzaï entend reprendre la main sur l'aide internationale

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'Otan pointe l'incurie de la communauté internationale en Afghanistan

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)