Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

Economie

La Chine affirme que Google a accepté de se soumettre à ses règles

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/07/2010

Pékin affirme avoir renouvelé la licence de Google car le géant de l'Internet a finalement accepté de respecter les règles de censure en vigueur dans le pays. Google s'était pourtant positionné en défenseur de la liberté d'expression.

AFP - Les autorités chinoises ont renouvelé la licence d'exploitation du géant de l'internet américain Google, car ce dernier a accepté de se conformer aux lois sur la censure, a affirmé mardi un responsable gouvernemental, le tout premier commentaire de Pékin sur ce dossier sensible.

"Google a accepté de respecter les lois et les règlements de la Chine", a déclaré à des journalistes Zhang Feng un haut responsable du ministère de l'Industrie et des technologies de l'information.

"Cela signifie que Google ne fournira pas d'informations susceptibles de menacer la sécurité nationale ou les intérêts de la Chine, n'incitera pas à la haine raciale, ne propagera pas d'informations de nature superstitieuse, ne menacera pas la stabilité sociale et ne diffusera pas de données à caractère pornographique, violent ou diffamatoire".

De Tokyo, une porte-parole de Google a expliqué que l'actuel système permettait à Google de ne pas censurer ses sites chinois, à la fois sur le continent ou à Hong Kong.

"Comme nous l'avons expliqué dans notre blog la dernière fois, les services que nous gardons sur Google.cn (musique, traduction, recherche de produits) n'obligent pas Google à censurer", a déclaré Jessica Powell dans un courriel adressé à l'AFP.

"Tous les autres produits, comme les recherches, sont disponibles sur Google.com.hk, et sans censure. Pour résumer, il n'y aucune censure exercée par Google dans quelque domaine que ce soit", a-t-elle expliqué.

Google avait annoncé le 9 juillet que Pékin avait renouvelé sa licence d'exploitation, qui avait expiré fin juin, lui permettant ainsi de continuer à opérer sur le plus vaste marché internet au monde, mais le gouvernement chinois n'avait pas encore commenté sa décision.

Ce renouvellement avait été accordé après un long affrontement avec le gouvernement chinois, Google se disant excédé par la censure en Chine et les cyberattaques venues de ce pays.

Ainsi, Google avait décidé en mars de ne plus censurer son site en chinois et de le transférer sur Hong Kong.

Cependant, juste avant la date limite pour la révision annuelle, Google avait annoncé une nouvelle "approche" en Chine, dans un effort destiné à satisfaire les exigences des autorités chinoises.

"Cette nouvelle approche est en accord avec notre engagement de ne pas nous autocensurer et, nous le pensons, avec les lois locales", avait expliqué le vice-président David Drummond sur le blog officiel de la société.

Google.com.hk est accessible de manière intermittente depuis le continent, mais les recherches sur des sujets considérés comme sensibles par les autorités chinoises sont souvent impossibles.

Mardi, M. Zhang a indiqué que Google avait accepté de se soumettre à la "supervision et au contrôle des administrations concernées" du gouvernement chinois.

"Par conséquent, nous avons conclu que (Google) satisfait désormais aux exigences après rectification", a-t-il dit.

"Quant au fonctionnement de son site à Hong Kong, c'est entièrement une décision commerciale qu'il est libre de faire", a assuré le responsable chinois.

La Chine est le plus grand marché de l'internet mondial avec 420 millions d'usagers fin juin, selon des chiffres officiels.

Première publication : 20/07/2010

  • TECHNOLOGIE

    Google annonce une nouvelle stratégie en Chine

    En savoir plus

  • INTERNET

    Google met une nouvelle fois en cause la censure chinoise

    En savoir plus

  • INTERNET

    En Chine, les recherches sur Google sont actuellement indisponibles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)