Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Economie

La Chine affirme que Google a accepté de se soumettre à ses règles

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/07/2010

Pékin affirme avoir renouvelé la licence de Google car le géant de l'Internet a finalement accepté de respecter les règles de censure en vigueur dans le pays. Google s'était pourtant positionné en défenseur de la liberté d'expression.

AFP - Les autorités chinoises ont renouvelé la licence d'exploitation du géant de l'internet américain Google, car ce dernier a accepté de se conformer aux lois sur la censure, a affirmé mardi un responsable gouvernemental, le tout premier commentaire de Pékin sur ce dossier sensible.

"Google a accepté de respecter les lois et les règlements de la Chine", a déclaré à des journalistes Zhang Feng un haut responsable du ministère de l'Industrie et des technologies de l'information.

"Cela signifie que Google ne fournira pas d'informations susceptibles de menacer la sécurité nationale ou les intérêts de la Chine, n'incitera pas à la haine raciale, ne propagera pas d'informations de nature superstitieuse, ne menacera pas la stabilité sociale et ne diffusera pas de données à caractère pornographique, violent ou diffamatoire".

De Tokyo, une porte-parole de Google a expliqué que l'actuel système permettait à Google de ne pas censurer ses sites chinois, à la fois sur le continent ou à Hong Kong.

"Comme nous l'avons expliqué dans notre blog la dernière fois, les services que nous gardons sur Google.cn (musique, traduction, recherche de produits) n'obligent pas Google à censurer", a déclaré Jessica Powell dans un courriel adressé à l'AFP.

"Tous les autres produits, comme les recherches, sont disponibles sur Google.com.hk, et sans censure. Pour résumer, il n'y aucune censure exercée par Google dans quelque domaine que ce soit", a-t-elle expliqué.

Google avait annoncé le 9 juillet que Pékin avait renouvelé sa licence d'exploitation, qui avait expiré fin juin, lui permettant ainsi de continuer à opérer sur le plus vaste marché internet au monde, mais le gouvernement chinois n'avait pas encore commenté sa décision.

Ce renouvellement avait été accordé après un long affrontement avec le gouvernement chinois, Google se disant excédé par la censure en Chine et les cyberattaques venues de ce pays.

Ainsi, Google avait décidé en mars de ne plus censurer son site en chinois et de le transférer sur Hong Kong.

Cependant, juste avant la date limite pour la révision annuelle, Google avait annoncé une nouvelle "approche" en Chine, dans un effort destiné à satisfaire les exigences des autorités chinoises.

"Cette nouvelle approche est en accord avec notre engagement de ne pas nous autocensurer et, nous le pensons, avec les lois locales", avait expliqué le vice-président David Drummond sur le blog officiel de la société.

Google.com.hk est accessible de manière intermittente depuis le continent, mais les recherches sur des sujets considérés comme sensibles par les autorités chinoises sont souvent impossibles.

Mardi, M. Zhang a indiqué que Google avait accepté de se soumettre à la "supervision et au contrôle des administrations concernées" du gouvernement chinois.

"Par conséquent, nous avons conclu que (Google) satisfait désormais aux exigences après rectification", a-t-il dit.

"Quant au fonctionnement de son site à Hong Kong, c'est entièrement une décision commerciale qu'il est libre de faire", a assuré le responsable chinois.

La Chine est le plus grand marché de l'internet mondial avec 420 millions d'usagers fin juin, selon des chiffres officiels.

Première publication : 20/07/2010

  • TECHNOLOGIE

    Google annonce une nouvelle stratégie en Chine

    En savoir plus

  • INTERNET

    Google met une nouvelle fois en cause la censure chinoise

    En savoir plus

  • INTERNET

    En Chine, les recherches sur Google sont actuellement indisponibles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)