Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

Santé

Le gel microbicide suscite un espoir pour l'Afrique, continent ravagé par le sida

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 21/07/2010

La découverte d’un gel microbicide capable de réduire de plus de moitié les risques de transmission du VIH est porteuse d’espoir pour les femmes, notamment en Afrique, continent le plus touché par le sida.

La nouvelle fait beaucoup de bruit et beaucoup de bien. Sur une planète où plus de la moitié des cas d’infection au VIH sont féminins et où 70% des malades sont Africains, la découverte d’un gel microbicide qui permettrait de réduire de 54 % les infections par le VIH parmi les femmes qui l'utilisent régulièrement s'apparente à une révolution pour la femme africaine, souvent tributaire du bon vouloir des hommes en matière de sexualité.

"C’est la première fois dans l’histoire de la maladie que la population féminine pourra gérer sa protection dans sa vie intime, s’enthousiasme à Paris Jean-François Delfraissy, le directeur de l’Agence nationale pour la recherche sur le sida (ANRS). Maintenant les femmes pourront gérer leur propre destin. Imaginez ce que cela signifie pour les 1,3 million d’Africaines infectées chaque année… Oui, c’est peut-être le début d’une révolution."

"Utiliser un préservatif n’est pas un acte naturel"

Sur le terrain, la nouvelle suscite l'espoir. Jusqu’à aujourd’hui, seul le préservatif pouvait bloquer la transmission de la maladie. Mais en Afrique, imposer cette méthode de contraception à son partenaire n’est pas toujours facile. "Pour beaucoup d’hommes, utiliser un préservatif n’est pas un acte naturel. D'autant que la population est souvent sous la coupe de l’Eglise catholique qui proscrit son port", explique Théodore Assani, médecin au Congo et membre du Programme national de lutte contre le sida.

De plus, les femmes n’ont souvent pas le pouvoir de refuser un rapport non protégé. "Elles dépendent économiquement et socialement de leur partenaire, précise Eric Fleutelot, directeur général adjoint de Sidaction. Refuser un rapport, c’est côtoyer l’exclusion." Pour lui, il ne fait aucun doute que le gel sera accepté par la population. "Il protège de manière invisible, c’est un bénéfice pour les Africaines."

"Casser la courbe de l’épidémie en 30 ans"

Un bénéfice qui vient caresser un rêve un peu fou. "Si les femmes l’utilisent correctement, [dans les douze heures avant l’acte sexuel et dans les douze heures après ndlr] et si ce gel est utilisé en complément d’un partenaire régulier, d’un préservatif et du suivi d’une trithérapie, on pourrait casser la courbe de l’épidémie dans les 30 années à venir, explique Jean-François Delfraissy. L’Afrique est la clé de l’épidémie, elle en sera aussi le point final."

Un enthousiasme toutefois teinté de prudence. Pour le moment, le gel microbicide est encore à l’épreuve. Mais si tous les essais sont concluants, la mise en place du produit sera effective courant 2011. Restera alors le problème du coût. Aujourd’hui, une dose de ce gel revient à 15 cents. A raison de 8 rapports sexuels par mois en moyenne, et 96 par an, le total avoisinerait les 30 dollars, "beaucoup trop cher" pour la population africaine estime Jean-François Delfraissy.
 

Première publication : 21/07/2010

  • SANTÉ

    Le gel qui réduit les risques de sida chez les femmes suscite de grands espoirs

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Un gel prometteur pour la prévention du sida chez la femme

    En savoir plus

  • SANTÉ

    "On a l'impression que le sida est une maladie plus honteuse aujourd'hui qu'en 1987"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)