Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Les craintes d'une nouvelle vague de violences xénophobes se confirment

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/07/2010

Plusieurs Zimbabwéens et Mozambicains ont été blessés en début de semaine dans des heurts survenus dans le township de Kya Sands, à proximité de Johannesburg. En 2008, une vague de violences xénophobes avait fait 62 morts en Afrique du Sud.

REUTERS - L'armée sud-africaine a été appelée en renforts de la police sud-africaine mardi pour patrouiller dans un township de Johannesburg, où des violences xénophobes ont fait au moins 11 blessés et avivé les craintes d'une nouvelle vague d'attaques à caractère raciste.

Parmi les blessés, dans le township de Kya Sands, figurent des Zimbabwéens et des Mozambicains, mais aussi des Sud-Africains. Au moins dix personnes ont été arrêtées.

L'inquiétude quant à une nouvelle vague de violences s'est réveillée sitôt le coup de sifflet final du Mondial donné. La police avait dû intervenir le 12 juillet, dès le lendemain de la fin de la compétition, dans des townships de la région du Cap à la suite d'attaques et de menaces visant des immigrés.

Il y a deux ans, des violences xénophobes avaient fait 62 morts et laissé plus de 100.000 personnes sans abri. Les étrangers sont notamment accusés de prendre les emplois des locaux dans le pays, où le taux de chômage atteint 25%.

Première publication : 21/07/2010

  • AFRIQUE DU SUD

    À Johannesburg, les immigrés craignent une nouvelle vague de violence

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Pretoria espère capitaliser sur le Mondial pour voir revenir ses expatriés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)