Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump accuse Google de rouler pour Hillary Clinton

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Soudan accusé d'attaques chimiques au Darfour

En savoir plus

POLITIQUE

Primaire de la droite : semaine maudite pour Nicolas Sarkozy

En savoir plus

POLITIQUE

Présidentielle américaine : avantage Hillary Clinton

En savoir plus

FOCUS

L’Afghanistan dans l’impasse politique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Exposition "Hergé" : qui était le créateur de Tintin ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mondial de l'auto : place aux voitures électriques et autonomes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep : bombardements russes, coups de menton américains"

En savoir plus

Moyen-orient

Un Palestinien condamné pour viol après s'être fait passer pour un juif auprès d'une Israélienne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/07/2010

La justice israélienne a condamné à 18 mois de prison pour viol un Arabe israélien qui a eu des relations sexuelles avec Israélienne en se faisant passer pour un juif. La jeune femme, consentante, a porté plainte en découvrant son identité.

AFP - Un résident palestinien de Jérusalem-Est, qui a eu des relations sexuelles avec une Israélienne après s'être fait passer pour un juif, a été condamné à 18 mois de prison ferme pour "viol" après une plainte de la jeune femme, a rapporté mardi le quotidien Haaretz.

L'homme, Sabbar Kachour, 30 ans, a avoué avoir menti sur son identité lorsqu'il avait rencontré la plaignante, en septembre 2008, prétendant être juif et célibataire, en quête d'une relation sérieuse, alors qu'il est Arabe et marié.

La jeune femme, qui avait consenti à des rapports sexuels complets avec lui, a porté plainte pour viol à la police lorsqu'elle a appris son identité véritable.

Le tribunal de Jérusalem, qui jugeait l'affaire lundi, a en outre condamné Sabbar Kachour à 30 mois de prison avec sursis et à verser des dommages et intérêts à sa victime.

Les juges ont reconnu qu'il ne s'agissait pas d'un "cas classique de viol avec usage de la force" mais ont estimé que le délit était assez grave pour justifier une peine de prison ferme.

L'usage d'une fausse identité en vue de rapports sexuels peut être assimilé à un viol dans un certain nombre de pays, notamment aux Etats Unis.

Première publication : 21/07/2010

COMMENTAIRE(S)