Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide des Arméniens : déni et mémoire se côtoient cent ans après

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Moyen-orient

Un Palestinien condamné pour viol après s'être fait passer pour un juif auprès d'une Israélienne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/07/2010

La justice israélienne a condamné à 18 mois de prison pour viol un Arabe israélien qui a eu des relations sexuelles avec Israélienne en se faisant passer pour un juif. La jeune femme, consentante, a porté plainte en découvrant son identité.

AFP - Un résident palestinien de Jérusalem-Est, qui a eu des relations sexuelles avec une Israélienne après s'être fait passer pour un juif, a été condamné à 18 mois de prison ferme pour "viol" après une plainte de la jeune femme, a rapporté mardi le quotidien Haaretz.

L'homme, Sabbar Kachour, 30 ans, a avoué avoir menti sur son identité lorsqu'il avait rencontré la plaignante, en septembre 2008, prétendant être juif et célibataire, en quête d'une relation sérieuse, alors qu'il est Arabe et marié.

La jeune femme, qui avait consenti à des rapports sexuels complets avec lui, a porté plainte pour viol à la police lorsqu'elle a appris son identité véritable.

Le tribunal de Jérusalem, qui jugeait l'affaire lundi, a en outre condamné Sabbar Kachour à 30 mois de prison avec sursis et à verser des dommages et intérêts à sa victime.

Les juges ont reconnu qu'il ne s'agissait pas d'un "cas classique de viol avec usage de la force" mais ont estimé que le délit était assez grave pour justifier une peine de prison ferme.

L'usage d'une fausse identité en vue de rapports sexuels peut être assimilé à un viol dans un certain nombre de pays, notamment aux Etats Unis.

Première publication : 21/07/2010

COMMENTAIRE(S)