Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Terrorisme en Europe : comment concilier sécurité et libertés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Spécial Grèce : Dimitris Kourkoulas et Yiorgos Tsipras

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La loi Macron à l’épreuve de l'hémicycle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet de l'UA : la lutte contre Boko Haram à l'ordre du jour

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Partenariat transatlantique : "Nous ne baisserons pas les standards européens"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Merci la Grèce ?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"On ne revient jamais d'Auschwitz, on vit toute sa vie avec un camp dans la tête"

En savoir plus

MODE

Mode : à Paris, les libertés d'expression triomphent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération des humanitaires à Bangui : le chef anti-balaka Andilo ne sera pas relâché

En savoir plus

EUROPE

La CIJ juge l'indépendance du Kosovo conforme au droit international

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 23/07/2010

La Cour internationale de justice (CIJ) a rendu son avis, estimant que la déclaration unilatérale d'indépendance du Kosovo en 2008 n'enfreint pas le droit international. Il ne s'agit toutefois que d'un avis consultatif et donc non contraignant.

Une partie de l’avenir de l’Europe se jouait, ce jeudi, à la Haye, aux Pays-Bas. Le principal organe judiciaire des Nations unies, la Cour internationale de justice (CIJ), a estimé que la déclaration d’indépendance du Kosovo, proclamée unilatéralement le 17 février 2008, n’avait "pas violé le droit international".

Bien que l’avis de la Cour de la Haye soit non contraignant pour les États, celui-ci était très attendu tant le sujet divise la communauté internationale.


Dès l'annonce de l'avis favorable de la CIJ, la Serbie, par la voix de son président Boris Tadic, a déclaré qu'elle ne reconnaîtra "jamais", l'indépendance autoproclamée du Kosovo.

Côté kosovar, on veut croire que cet avis positif de la CIJ permettra au nouvel État de

s’affirmer sur la scène mondiale. Seuls 69 États ont jusqu’ici reconnu l’autonomie de ce petit pays de 2 millions d’habitants. Même s’ils sont peu nombreux, on compte parmi eux "une grande majorité des pays de l’Union européenne ainsi que des grandes puissances comme les Etats-Unis, le Canada et l’Australie", précise l’ambassadeur du Kosovo à Paris, Muhamedin Kullashi.

Interrogé dans la matinée sur l’antenne de FRANCE 24, Muhamedin Kullashi indiquait attendre le verdict avec "confiance". Selon lui, l’indépendance du Kosovo est une suite logique à l’éclatement de l’ancienne Yougoslavie car la province "était une unité de la fédération yougoslave, avec un Parlement, un gouvernement et un territoire précisément défini dans la Constitution".

Muhamedin Kullashi estime par ailleurs que l’histoire récente plaide en faveur de l’indépendance de son pays, qui, "comme la Bosnie et la Croatie, a subi des agressions militaires de la part de la Serbie". Le conflit de 1998-1999 entre les forces serbes et les indépendantistes kosovars a fait près de 13 000 victimes, dont une grande majorité d’Albanais du Kosovo, et près de 200 personnes sont toujours portées disparues. La région est passée sous l’administration des Nations unies en vertu d’une résolution du Conseil de sécurité en juin 1999.

La Serbie, qui a toujours refusé de reconnaître l’indépendance du nouvel État, avait obtenu en octobre 2008 de l'Assemblée générale des Nations unies qu'elle saisisse la CIJ sur la légalité de la proclamation d'indépendance du Kosovo. Le 7 juillet devant le Conseil de sécurité de l’ONU, le président serbe Boris Tadic a assuré que son gouvernement ne reviendrait pas sur sa position.

 


Première publication : 22/07/2010

COMMENTAIRE(S)