Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Amériques

La Maison Blanche présente ses excuses pour le licenciement hâtif d'une fonctionnaire noire

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/07/2010

La Maison Blanche s'est excusée, mercredi, d'avoir licencié une fonctionnaire noire du ministère de l'Agriculture. Shirley Sherrod était accusée - à tort - d'avoir tenu des propos racistes dans une vidéo qui s'est avérée tronquée.

AFP - La Maison Blanche s'est platement excusée mercredi après le licenciement intempestif d'une fonctionnaire noire du ministère de l'Agriculture en raison des propos tenus dans une vidéo tronquée.

L'affaire commence en début de semaine avec la diffusion sur le site web du très conservateur Andrew Breitbart d'une vidéo datant du mois de mars.

On y voit Shirley Sherrod, une fonctionnaire du ministère de l'Agriculture, qui semble admettre avoir volontairement limité l'aide qu'elle a apportée il y a 24 ans à un fermier blanc parce qu'il était Blanc.

La vidéo d'un peu plus de deux minutes --alors que son discours a duré une demi-heure environ-- montre Mme Sherrod alors qu'elle donne un discours à l'occasion d'une réunion de l'Association nationale pour l'avancement des personnes de couleur (NAACP).

Shirley Sherrod, a été renvoyée du ministère de l'Agriculture suite à la diffusion de cette vidéo tronquée qui a vampirisé l'actualité politique aux Etats-Unis au moment même où le président américain Barack Obama promulguait sa très attendue réforme de Wall Street.

Mais la diffusion du discours complet a depuis montré que la fonctionnaire noire cherchait en fait à dénoncer les comportements racistes et à promouvoir l'entente entre les gens de différentes couleurs.

"Mme Sherrod mérite des excuses, sans aucun doute", a déclaré mercredi le porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs au cours d'une conférence de presse. "Tous les acteurs (de cette affaire) se sont prononcés sans connaître tous les faits", a-t-il ajouté.

Quelques minutes après lui, le ministre de l'Agriculture Tom Vilsack a pris la parole pour annoncer qu'il avait discuté avec Shirley Sherrod et qu'il lui avait présenté ses excuses. "C'était ma décision et je regrette de l'avoir prise dans la hâte", a-t-il dit.

Il a aussi indiqué qu'il allait proposer un emploi à Mme Sherrod qui "tire avantage" de l'expérience qu'elle a vécu ces derniers jours.

Première publication : 22/07/2010

COMMENTAIRE(S)