Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Mali : Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

EUROPE

Cameron et Clegg dans la tourmente après une série de gaffes

©

Texte par Benjamin DODMAN

Dernière modification : 22/07/2010

À la tête du gouvernement britannique, Nick Clegg et David Cameron enchaînent les gaffes. Le premier a dénoncé "l'invasion illégale" de l'Irak, tandis que le second a minimisé le rôle des troupes britanniques engagées dans la Seconde guerre mondiale.

Les relations entre le Premier ministre britannique, le conservateur David Cameron, et son vice-Premier ministre, le libéral-démocrate Nick Clegg, sont au beau fixe. C’est en tout cas le message que s’évertuent à faire passer leurs proches respectifs.

Tant et si bien, qu'ils semblent même se coordonner pour commettre leurs gaffes simultanément. Même quand ils sont à des milliers de kilomètres l’un de l’autre et qu’ils s’expriment sur des sujets différents.

La visite officielle aux États-Unis de David Cameron, sa première en tant que Premier ministre britannique, a été minée par l’affaire BP et ses nouveaux rebondissements concernant l'attentat de Lockerbie. Des dossiers épineux qui ont courroucé ses alliés américains. D’où la volonté de Cameron d’apaiser et de flatter ses hôtes. Un peu trop peut-être.

Mercredi, il a rappelé que la Grande-Bretagne demeurait "un partenaire efficace" des États-Unis. Mais Cameron ne s’est pas arrêté là. Il a poursuivi en affirmant que "nous [les Britanniques] avons été un partenaire "junior" en 1940, lorsque nous combattions les nazis, nous le sommes toujours aujourd’hui". Un propos qui minimise le rôle des Britanniques et qui néglige le fait que les États-Unis n’ont engagé leurs troupes dans la Seconde guerre mondiale qu’en décembre de l'année suivante. Une bourde impardonnable pour la Grande-Bretagne, un pays qui s'enorgueillit d'avoir fait face seule, à l'Allemagne nazie et ses alliés, le Japon et l'Italie, pendant plus d'un an.

Le Parti travailliste, aujourd’hui dans l’opposition, a violement réagi à la suite de cette déclaration embarrassante. "L’année 1940 a été notre plus belle heure. Des millions de Britanniques se sont mobilisés et ont donné leur vie pour vaincre le fascisme", a déclaré le travailliste David Milliband, qui a qualifié les mots de Cameron d’"affront".

Interrogé sur les propos du Premier ministre, un porte-parole du 10 Downing Street a déclaré à la BBC que Cameron n'avait pas cherché à minimiser les efforts des troupes britanniques.

Controverse sur la guerre en Irak

Alors qu’il est sur le point de boucler son voyage outre-Atlantique, Cameron a, en plus de sa gaffe, une autre raison de s’inquiéter. Son allié Nick Clegg a commis, à son tour, une bourde. Au cours d’un échange animé au Parlement, mercredi, avec le travailliste Jack Straw, ancien ministre des Affaires étrangères de Tony Blair lorsque la guerre en Irak a commencé, Clegg a lancé à ce dernier : "peut-être qu'un jour vous rendrez des comptes pour votre rôle dans la plus désastreuse de toutes les décisions, c'est-à-dire l'invasion illégale de l'Irak".

La gaffe de Nick Clegg (vidéo en anglais)



Cette déclaration, émanant certes d'un opposant notoire à la guerre, est en elle-même polémique maintenant que Clegg est au gouvernement. Mais le fait que le leader des libéraux s'exprimait pour la première fois en lieu et place de David Cameron à l'occasion des questions au Premier ministre devant la chambre des Communes, lui a donné un écho retentissant. Contrairement à son allié, David Cameron a appuyé la guerre en Irak, à l’instar de la plupart des membres du parti conservateur.

Ce couac est à prendre au sérieux. Selon un spécialiste du droit britannique, cité par le Guardian jeudi, "une déclaration publique d'un membre du gouvernement au Parlement au sujet de la légalité d'une situation est susceptible d'intéresser une cour internationale qui peut alors être en mesure d'examiner si la guerre est légale ou non".  Le vice-Premier ministre a clarifié ses propos mercredi soir, insistant sur le fait qu'il s’était exprimé en tant que leader des libéraux-démocrates, tandis qu'un porte-parole de Downing Street a expliqué que M. Clegg exprimait en la circonstance "un point de vue personnel".
   
"Le gouvernement de coalition n'a pas exprimé son point de vue sur la légalité -ou non- du conflit irakien (…). Cela ne signifie pas pour autant que des membres du gouvernement ne sont pas habilités à exprimer leur point de vue personnel", a-t-il indiqué. Par ailleurs, Downing Street a également déclaré qu'il était impatient de recevoir les conclusions de la commission Chilcot, du nom de son président John Chilcot, qui enquête sur la légalité de la guerre en Irak et qui a débuté ses audiences publiques le 24 novembre 2009.
   
En attendant, les membres du Parlement devront deviner si Nick Clegg s'adressera à eux en tant que leader des libéraux-démocrates ou en tant que vice-Premier ministre la prochaine fois qu'il remplacera David Cameron.

Première publication : 22/07/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)