Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Economie

Une large majorité des banques européennes réussit les "stress-tests"

Vidéo par Margaux CHOURAQUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/07/2010

La plupart des 91 banques européennes soumises aux tests de résistance ont passé l'épreuve avec succès. C'est le cas des quatre grandes banques françaises. Au total, sept ont échoué et doivent renforcer leur situation financière.

AFP - Seules sept des 91 banques européennes soumises à des tests de résistance, censés vérifier leur solidité financières, ont été recalées vendredi, un succès qui risque néanmoins de ne pas impressionner les marchés.

Il s'agit de l'allemande Hypo Real Estate, des caisses d'épargne espagnoles Diada, Cajasur, Espiga, Unnim et Banca Civica, ainsi que de la grecque ATE (Agricultural bank of Grece).

LES RÉACTIONS À TRAVERS L'EUROPE

Ces établissements vont devoir lever des fonds pour renforcer leur solidité financière, actuellement moindre que celles de leurs concurrents. Le comité des régulateurs européens a calculé qu'il leur manquait au total 3,5 milliards d'euros pour atteindre le seuil minimum.

Par comparaison, 10 des 19 banques américaines testées debut 2009 n'avaient pu franchir l'obstacle.

Ce décalage est en grande partie explicable par le moment choisi pour effectuer ces tests, selon le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer.

"Quand les Américains ont fait leurs tests, cela se déroulait après le plus fort de la crise Lehman et avant les recapitalisations. Dans le cas européen, on arrive après trois ans de crise, marqués par des recapitalisations et des restructurations de bilan qui n'ont pas été négligeables", a-t-il expliqué vendredi lors d'un point de presse.

"BIEN CALIBRÉS POUR LES BANQUES FRANçAISES"
Comme prévu, les établissements recalés sont concentrés dans peu de pays - dont l'Allemagne et l'Espagne où les secteurs bancaires sont très éclatés - , avec beaucoup d'établissements publics régionaux durement frappés par la crise financière et économique.

Quant à la Grèce, ses banques payent la tempête qui a frappé le pays depuis la fin 2009. Bien que très exposées en Europe de l'Est, les deux banques autrichiennes testées ont réussi l'examen.

Le Fonds monétaire international a qualifié de "considérable" le résultat de ces tests.

Le marché a peu réagi à cette annonce, Wall Street accélérant légèrement et l'euro revenant rapidement autour de 1,29 dollar.

"Le résultat est sans grande surprise", a estimé Jean Sassus, analyste de Raymond James.

Les éléments de méthodologie dévoilés vendredi sont finalement très détaillés, alors que le marché s'inquiétait de ne voir les régulateurs européens publier que quelques bribes des scénarios utilisés pour les tests.

Les observateurs s'inquiétaient également de la sévérité des hypothèses retenues pour le scénario le plus extrême, estimant que des conditions trop souples limiteraient la portée de l'exercice.

"L'exercice des tests de résistance est complet et rigoureux. Il confirme la résistance du système bancaire de l'Union européenne et de la zone euro à des chocs économiques et financiers majeurs", a affirmé la Banque centrale européenne dans un communiqué. La présidence belge de l'Union européenne s'est également félicitée de la "solidité" du système bancaire européen.

"Ces tests ne sont pas particulièrement stricts", a cependant commenté Jennifer McKeown, économiste de Capital Economics.

"Durant les semaines à venir, c'est le marché interbancaire qui apportera la réponse à la question de savoir si la confiance dans les banques européennes est revenue", a expliqué Mark O'Sullivan, de Currencies Direct.

Pour M. Sassus, la comparaison entre tests américains et européens est un exercice qui doit être mené avec prudence.

"Les banques américaines avaient un vrai problème de solvabilité" à l'époque des tests, et "ce sont quand même elles qui portaient l’essentiel des actifs toxiques de la crise", rappelle-t-il. Pour lui, "on fait comme si les banques européennes étaient logées à la même enseigne que les américaines, ce qui est totalement faux".

Première publication : 23/07/2010

  • ZONE EURO

    Les banques européennes attendent les résultats de leurs "stress tests"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)