Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Netanyahou divise à Washington

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président tchadien promet "d'anéantir boko haram"

En savoir plus

FACE À FACE

Hollande : pas de "solution magique" contre le chômage

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La locomotive chinoise ralentit

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fessée : une tradition française?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : accord en vue ?

En savoir plus

DÉBAT

Fessée : la France se prend une claque par le Conseil de l'Europe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quel homme noir a un job stable pendant 4 ans ?"

En savoir plus

Santé

La conférence sur le sida se clôt avec la promesse d'une hausse de l'aide américaine

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/07/2010

La 18e conférence sur le sida s'est clos sur un message diffusé de Barack Obama, dans lequel le président a assuré que l'aide américaine à la lutte contre le virus continuerait à progresser.

AFP - La 18e conférence internationale sur le sida s'est achevée vendredi à Vienne, avec un message de Barack Obama affirmant que l'aide accordée par les Etats-Unis à la lutte contre le sida continuerait à progresser.

Le message enregistré du président américain a été diffusé à la séance de clôture de la conférence.

M. Obama a rappelé que les crédits du Fonds d'aide présidentiel Pepfar avaient augmenté et que le budget 2011 du Pepfar "était le plus important à ce jour".

"Nous allons travailler à empêcher plus de 12 millions de nouvelles infections, nous allons fournir une aide directe à plus de quatre millions de personnes sous traitement, et aider plus de 12 millions de personnes, dont cinq millions d'enfants et d'orphelins, à obtenir les soins dont ils ont besoin", a dit le président, qui veut aussi faire considérablement diminuer le nombre des bébés contaminés par le virus.

Les participants à la conférence, qui a rassemblé pendant six jours à Vienne environ 20.000 personnes, ont entendu aussi un message de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, qui a affirmé, à l'instar de nombre de participants, que "la santé était un droit de l'Homme".

Dans un message, l'évêque sud-africain Desmond Tutu souligne que "le traitement doit être non seulement disponible, mais accessible".

Le Prix Nobel de la Paix 1984 avait demandé au président Obama de ne pas réduire le financement de la lutte contre le sida, dans un article publié cette semaine par le New York Times.

Pendant six jours, les chercheurs, experts, responsables d'organisations de 197 pays ont discuté de la discrimination à l'égard des séropositifs, de traitements pour tous, de nouveaux outils de prévention tels que les microbicides, et des problèmes financiers que connaît la lutte contre le sida.

"Le défi, ce n'est pas de trouver de l'argent, mais de changer les priorités", a dit le président sortant de la société internationale du sida (IAS), organisatrice de la conférence, le Canadien Julio Montaner.

Il a fait valoir que "quand il y a une crise à Wall street, des milliards et des milliards de dollars sont rapidement mobilisés". "La santé des gens mérite une réponse financière équivalente et une priorité beaucoup plus élevée", a-t-il dit.

M. Montaner a demandé à l'épouse du président français, Carla Bruni-Sarkozy, qui "défend fortement" notamment la nécessité de permettre l'accès universel aux traitements, de "s'assurer que son mari devienne un avocat déterminé de cette position quand la France accueillera le G8, l'an prochain".

La 19e Conférence internationale sur le sida se déroulera du 22 au 27 juillet 2012 à Washington.

Première publication : 23/07/2010

  • SANTÉ

    Première journée de la 18e conférence internationale sur le sida

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Bill Clinton fustige la mauvaise utilisation des fonds destinés à la lutte contre le sida

    En savoir plus

  • AUTRICHE

    Des manifestants défilent contre la pénurie de financements pour le sida

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)