Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

Asie - pacifique

La justice émet un mandat d'arrêt contre 102 inculpés dans un complot de coup d'État

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/07/2010

Un tribunal turc a émis un mandat d'arrêt contre 102 inculpés dans un complot présumé de coup d'État. Il aurait été fomenté en 2003 par des militaires, peu après l'arrivée au pouvoir de l'AKP, parti issu de la mouvance islamiste.

AFP - Un tribunal turc a délivré vendredi un mandat d'arrêt concernant 102 inculpés dans un complot présumé de coup d'Etat fomenté en 2003 par des militaires, a annoncé l'agence de presse Anatolie, citant un juge.

Trois généraux en retraite - l'instigateur principal du complot et les anciens chefs de la marine et de l'armée de l'air - figurent parmi les suspects mentionnés dans le mandat d'arrêt, selon la télévision NTV.

Le tribunal a aussi fixé la première audience du procès au 16 décembre, dans un centre de détention près d'Istanbul, a déclaré le juge Davut Bedir, cité par Anatolie.

Au total 196 personnes ont été inculpées dans ce complot présumé, qui aurait été fomenté au siège de la première armée à Istanbul, en 2003, peu après l'arrivée au pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP), une formation issue de la mouvance islamiste.

L'arrivée de l'AKP avait fait redouter à une partie de l'opinion et de la hiérarchie militaire une remise en cause des principes de la laïcité en Turquie.

Le complot "Opération masse de forgeron", visait à commettre des attentats dans des mosquées et à provoquer des tensions avec la Grèce, pour semer le chaos et justifier un coup d'Etat, selon l'acte d'accusation.

Mais le principal inculpé, le général Cetin Dogan, ancien chef de la Première armée, a répété qu'il ne s'agissait que d'un scénario parmi d'autres envisagé par les militaires, en cas de conflit avec la Grèce.
 

Première publication : 23/07/2010

COMMENTAIRE(S)