Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

SUR LE NET

"L'Ice Bucket Challenge" détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au " Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Honduras : ces enfants qui fuient leur pays au péril de leurs vies

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Garrigues, historien et spécialiste d'histoire politique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Birdman" en ouverture de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

À Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime l'entreprise"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La fin du calvaire pour Peter Theo Curtis

En savoir plus

  • Kiev assure que des troupes russes sont entrées sur son territoire

    En savoir plus

  • Syrie : 43 casques bleus capturés par un groupe armé dans le Golan

    En savoir plus

  • La jeune garde des économistes français impressionne le FMI

    En savoir plus

  • En images : des millions de criquets envahissent Antananarivo

    En savoir plus

  • Des pirates russes “patriotes” à l’assaut de banques américaines ?

    En savoir plus

  • Netflix prépare "Marseille", un "House of Cards" aux accents provençaux

    En savoir plus

  • L’OMS s’attend à plus de 20 000 cas d'Ebola en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Brad Pitt et Angelina Jolie se sont mariés dans leur château en France

    En savoir plus

  • Vidéo : à Paris, les coiffeuses sans-papiers de Château d'eau se rebellent

    En savoir plus

  • Israël-Palestine, Libye, Russie... Ce que préconise François Hollande

    En savoir plus

  • La Française Clarisse Agbegnenou championne du monde de judo

    En savoir plus

  • La France retrouve ses mondialistes pour affronter l’Espagne

    En savoir plus

  • Erdogan débute son mandat présidentiel en Turquie

    En savoir plus

  • Matignon dément toute intention de toucher aux 35 heures

    En savoir plus

  • Michel Platini renonce à briguer la présidence de la Fifa

    En savoir plus

Santé

Les pays de l’Est, grands absents de la Conférence sur le sida de Vienne

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 23/07/2010

Alors que l’Europe de l’Est connaît le taux de contamination au VIH le plus élevé de la planète, aucun acteur politique de la région ne s’est déplacé à la Conférence internationale sur le sida. "Une absence inquiétante", selon un expert.

Ils étaient attendus, aucun n’est venu. Les responsables politiques d’Ukraine, de Russie et des pays de l’ex-bloc soviétique n’ont pas assisté à la Conférence internationale sur le sida qui s'achève aujourd’hui, à Vienne. "Une absence regrettée et inquiétante", selon Jean-Paul Moatti, directeur de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Car, selon les dernières estimations de l'Onusida, c’est dans cette région que la maladie progresse le plus. Avec, comme premier facteur de contamination, la drogue. Plus de 80 % des personnes qui y sont officiellement répertoriées comme séropositives consomment des drogues par injection.

Un palmarès macabre qui serait à l’origine de l’absence des acteurs politiques dans la capitale autrichienne. Dans les pays de l'Est, les toxicomanes, considérés comme de véritables parias de la médecine, sont relégués au rang de citoyens de seconde zone. Violentés, exclus, non-traités, "ils sont criminalisés", explique Jean-Paul Moatti.

La politique de l’autruche

Pour le chercheur, les grands absents n’ont eu d’autres choix que celui de faire la politique de l’autruche. "Tous ces responsables savent parfaitement qu’en laissant les toxicomanes sur le bord de la route, le problème du sida ne fera que s’aggraver. Mais ils ne veulent pas se l’entendre dire. Venir à Vienne, c’est remettre en cause leur politique", explique-t-il.

Dans ces pays, le bilan sanitaire et social est pourtant déplorable. Certains malades n’osent même plus se présenter dans les centres de soins. "Fréquemment, les consommateurs de drogues qui viennent chercher des médicaments sont arrêtés par la police. En Ukraine, ils peuvent être détenus 72 heures. Ils voient leur identité relevée puis inscrite dans les fichiers gouvernementaux", révèle également la revue médicale "The Lancet", qui publiait récemment une étude sur le sujet.

D’un point de vue médical, la situation est tout aussi intolérable. "On sait comment stopper l’épidémie dans la population toxicomane, mais les pays ne sont pas prêt à faire leur révolution mentale en acceptant les marginaux", explique le chercheur.

Un peu de baume au cœur cependant : la présence à Vienne des militants des ONG et du milieu associatif, très actifs dans les pays de l’Est, redore le blason de ces États "défaillants". "Ils font un travail de grande qualité dans des conditions épouvantables, déplore Jean-Paul Moatti. Heureusement que ces personnes se bougent sur le terrain pour sauver la vie de malades si dérangeants dans une société si hypocrite."

Première publication : 23/07/2010

  • SANTÉ

    Première journée de la 18e conférence internationale sur le sida

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Bill Clinton fustige la mauvaise utilisation des fonds destinés à la lutte contre le sida

    En savoir plus

  • AUTRICHE

    Des manifestants défilent contre la pénurie de financements pour le sida

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)