Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

Amériques

Une alarme de la plateforme incendiée de BP aurait été désactivée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/07/2010

L'alarme censée alerter les employés de la plateforme pétrolière d'une accumulation de gaz dans le puits aurait été mise hors service à la demande de responsables de BP qui ne souhaitaient pas être dérangés la nuit.

AFP - Une alarme qui aurait dû alerter les employés de la plateforme Deepwater Horizon d'une accumulation de gaz dans le puits, à l'origine de l'explosion qui a provoqué la marée noire, avait été désactivée des mois avant la catastrophe, a assuré vendredi un ancien employé.

L'alarme était dotée de lumières et de sonneries visant à avertir d'un feu ou d'un niveau anormal de gaz toxiques ou explosifs, a expliqué Mike Williams, chef des techniciens électroniques sur la plateforme, lors d'une audition devant les autorités américaines visant à déterminer les causes de l'explosion.

M. Williams, qui a survécu à l'explosion de la plateforme le 20 avril ayant fait 11 morts, a assuré que les capteurs fonctionnaient mais n'étaient pas programmés pour déclencher une alarme en cas d'urgence.

"Désactivé signifie que le capteur est actif et fonctionne (...), qu'il va transmettre les informations à un ordinateur mais que cet ordinateur ne va pas déclencher d'alarme", a-t-il précisé.

Des responsables de la plateforme exploitée par le groupe britannique BP avaient demandé à ce que l'alarme soit désactivée car "ils ne voulaient pas que les gens soient réveillés à 3 heures du matin à cause de fausses alertes", a affirmé M. Williams.

Il a lui-même remarqué il y a un an que les alarmes ne fonctionnaient pas.

Le propriétaire de la plateforme, Transocean, a contesté le témoignage de M. Williams, soulignant que la configuration de l'alarme était "intentionnelle" et conforme aux pratiques maritimes.

"Ce n'était pas un oubli concernant la sécurité ou une question de confort", indique le groupe dans un communiqué.

"Deepwater Horizon disposait de centaines d'alarmes individuelles détectant des incendies ou des gaz, toutes étaient testées, en bonne condition, non court-circuitées et contrôlées depuis le pont", ajoute Transocean.

Une telle organisation empêchait l'alarme générale de se mettre en route en cas de problèmes mineurs.

"De fausses alarmes à répétition augmentent les risques et diminuent la sécurité de la plateforme", estime la compagnie.
 

Première publication : 24/07/2010

COMMENTAIRE(S)